L’histoire d’un galgo et d’une galga qui s’aiment mais qui ne sont pas faits pour vivre ensemble/ Nils et Cucha à adopter via LSF

Il était une fois …..Un galgo et une galga.

Lui, le mâle, le beau gosse  c’est Nils.

Quand on le voit la première fois, on n’imagine pas un chien craintif. Il se tient bien droit en vous observant, l’air de dire : « même pas peur ».

La vérité est tout autre. En effet, Nils a dû suivre le programme de sociabilisation mis en place à la FBM pour les craintifs et les traumas .

https://www.levriers-sans-frontieres.com/nils-m/

Il a fait beaucoup de progrès c’est évident et a continué d’évoluer favorablement dans sa famille d’accueil auprès des autres chiens de la maison.

Il se posa même en protecteur, en grand frère à l’arrivée de Papiro (adopté depuis).

Il est comme ça Nils, il joue les chefs de bande, les téméraires … On pourrait s’y laisser prendre sauf que l’affaire se corse lorsque le toutou à protéger, en l’occurrence une fifille s’avère aussi craintive que le grand manitou… 

Elle, la femelle, la mystérieuse, c’est Cucha. Inutile de revenir sur ses péripéties car vous qui suivez le blog connaissez bien son histoire.

La chipie nous a bien fait cavaler et a bien pris son temps avant de revenir au bercail. A l’époque, nous avions fait le choix de placer Cucha en famille d’accueil chez Chantal, notre fidèle famille d’accueil du 36.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/cucha-f/

Elle en a vu défiler des accueils chantal, des galgos, mâles, femelles, petits, grands, des traumas, des turbulents, des faciles aussi heureusement mais dans tous les cas, elle a toujours su gérer notre Super nounou.

Alors nous on s’est dit Nils et Cucha, ça va le faire !

Les premiers jours furent idylliques entre nos deux trouillards….Nils déroula le tapis rouge pour sa belle, il en fit des tonnes et la demoiselle, ravie de tant d’égard en profita pour reprendre des forces, et se remettre de son périple en solitaire.

C’était touchant à voir, Cucha suivait Nils et se tenait toujours en retrait un peu derrière lui .Nils de son côté acceptait ce rôle de « bouclier » avec beaucoup d’abnégation.

Oui mais…quand un trouillu rencontre un autre trouillu, ils se racontent des histoires de trouillus c’est bien connu ! L’angoisse, l’appréhension sont des sentiments communicatifs et aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence : Ces deux-là ne se racontent plus les bonnes histoires, ils vivent dans une bulle qu’ils se sont créée.

Nous avions caressé l’espoir de les faire adopter ensemble mais nous prenons conscience aujourd’hui que ce n’était qu’un rêve et que pour le bien de nos deux protégés il est nécessaire au contraire de les séparer.

Comme tout craintif, Nils et Cucha auront besoin de vivre avec 1 ou plusieurs congénères qui leur serviront de guide. Nous le savons avec certitude, c’est en vivant auprès de chiens bien dans leur tête qu’ils pourront évoluer et apprécier pleinement la nouvelle vie qui les attend.

Vous qui avez déjà des chiens bien sociabilisés et qui désirez adopter, nous vous le demandons : tournez-vous vers ces chiens particuliers pour qui vous êtes le seul espoir. Donnez un vrai sens à votre démarche d’adoption.

Les craintifs, les timides vous apportent tellement et quelle fierté de les voir évoluer près de vous. Le lien que vous tisserez  avec eux sera unique et inestimable je vous le jure. Tous les adoptants qui ont vécu cette expérience vous le diront.

Nils et Cucha sont en accueil dans le «36 ». Ils sont beaux, gentils, Ok chats et petits chiens .Si vous souhaitez plus de renseignements vous pouvez contacter les délégués de la région Centre : Célia, Jerôme ou Patricia.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/galgos/france/

Nils et Cucha comptent sur vous et moi j’espère avoir trouvé les mots qu’il faut…..pour eux. Patricia pour LSF. Tél 0680212447

Cucha est née en 2014 et mesure 62 cm / Nils est né en 2015 et mesure  69 cm

8 pensées sur “L’histoire d’un galgo et d’une galga qui s’aiment mais qui ne sont pas faits pour vivre ensemble/ Nils et Cucha à adopter via LSF

  • 3 mai 2019 à 14 h 23 min
    Permalink

    Mon beau Nino, roi des « ténébreux »….Craintif de chez craintif……et maintenant je te nomme le Garçon, le Beau garçon tant nous avons fait de progrès tous ensembles et ce depuis un an et demi…..Le bonheur des sentiments, de ses sentiments, car au début, il ne connaissait que l’épouvante….maintenant il connait la gourmandise, la chaparde, l’attente, la promenade, le calin, le match de foot que Papa regarde avec eux devant la deuxième TV car Maman préfère un film….il connait la garde aussi, et essaie de se montrer gros méchant, il connait le chat qu’il ne faut pas toucher, la mare ou il se jette en revenant de promenade pour refroidir ses « pneus »…il connait les nouvelles plantes que Maman ne manque pas d’introduire dans le jardin il connait le pigeon ramier qu’il aimerait bien attraper et attrape des torticolis à force de scruter l’écureuil……Magnifique renaissance….Je t’aime mon grand ex-craintif

    Répondre
  • 2 mai 2019 à 21 h 52 min
    Permalink

    Faut il avoir une grande maison avec des grandes pièces un immense jardin ainsi que des revenus privilégiés pour avoir la possibilité d en accueillir .
    Je suis en appartement avec une lhassa nous partageons les canapés les lits les ballades ainsi que les jeux et les câlins

    Répondre
    • 3 mai 2019 à 8 h 03 min
      Permalink

      Je ne vois pas le rapport avec l’article ?

      Répondre
  • 30 avril 2019 à 8 h 37 min
    Permalink

    Un craintif est venu rejoindre notre maison et notre cœur il y a plusieurs mois déjà…
    J’ai toujours l’impression lorsque j’en parle que je ne n’arrive pas à faire ressortir mon ressenti…
    C’est tellement fort, tellement différent, tellement profond, tellement puissant, chaque progrès est un vrai bonheur, des émotions qui vous donnent des frissons,, et vous amènent des grands sourires, pour des situations pourtant tellement bénignes…..je vous promets que c’est vrai
    Nous ne sommes pas au bout du chemin encore, mais il a déjà fait tant de progrès.
    Alors si vous avez beaucoup de patience, de respect et d’amour à donner, un craintif c’est vraiment une trop belle expérience
    C’est tellement extraordinaire à vivre…..Tous les loulous présentés me peinent…mais j’avoue…une Zambia ou un Ying, un Nils ou une Cucha, ca me rentre dans le cœur et dans la tête, ce sont maintenant ceux là qui m’attirent.
    Pour moi……c’est juste une chance d’adopter un craintif, un pur bonheur

    Répondre
  • 29 avril 2019 à 20 h 13 min
    Permalink

    Ils sont trop beaux!
    Nous avons adopté un craintif il y a 9 mois et il est très attachant.
    Il évolue à son rythme, j’adore le voir se détendre.
    C’est vrai que nous sommes leur seul espoir et ils méritent aussi d’être aimés.

    Répondre
  • 29 avril 2019 à 17 h 47 min
    Permalink

    quand on a l’expérience d’un(e) craintif c’est bien d’en parler pour les futurs adoptants
    Notre craintive nous l’avons depuis bientôt 5 ans. Mon mari a mis 6 mois avant de pouvoir la caresser !!
    Les progrès sont arrivés pas à pas aux côtés de notre petit chien « Panda » et de notre adorable Labrador. PUIS nous avons adoptée Tinny en aout 2017. Cette petite galga bringée s’avère être une fofolle !!! tout l’intéresse. Elle pétille , fait des bétises ……..Très difficile à canaliser mais elle a tellement fait de bien à Lewa qui malgré tout garde ses distances en terre inconnue. Enfin …..heureusement car 2 craintives ce n’est certes pas évident à gérer au quotidien mais 2 « même pas peur » !!!!!!! je pense que c’est encore pire. Alors une de chaque cà va, on arrive à gerer

    Répondre
  • 29 avril 2019 à 10 h 59 min
    Permalink

    J’ai une craintive depuis 1 an et demi et je dois dire que je ne pourrais pas vivre sans elle . Ils sont attachants . On est là pour les reconstruire et c’est que du bonheur de voir l’évolution . Quand nous partons elle veut à chaque fois venir avec nous j’ai l’impression qu’elle a peur qu’on l’abandonne . Mon mari se sentait frustré car la moindre approche se passait mal elle faisait le cabri elle grognait à son approche . Nous avons pris Mike pour l’aider et c’est vrai qu’un chien bien dans ses patounes c’est mieux. L’endroit ou elle se sent mieux est notre lit . La nuit elle dort contre mon mari . Dehors elle fait une sorte de jeux quand il s’approche d’elle elle part en courant mais plus la queue entre les jambes . En ville ça va mais mon mari doit être devant elle . C’est du temps mais ils vous le rendent bien et l’amour que j’ai pour elle est vraiment très fort alors n’hésité pas à en adopter un .

    Répondre
  • 29 avril 2019 à 10 h 12 min
    Permalink

    Juste un petit témoignage pour compléter les paroles d’Odile, les craintifs vous apportent un bonheur inouï !
    Chaque petit progrès vous fait monter des larmes de joie, chaque petit signe de détente attendu avec tant de patience vous fait vous sentir « le roi du monde », ces avancées vers une vie normale vous remplissent d’une émotion indescriptible… Pour celles et ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience d’ouvrir Leur cœur à un craintif, croyez bien qu’ils valent tout l’or du monde et je sais de quoi je parle…
    Il faut juste prendre le temps de les attendre, respecter leur zone de confort, leur montrer tout en douceur qu’ils sont en sécurité, toujours garder à l’esprit qu’ils ont vécu l’enfer et qu’ils méritent le meilleur, ne jamais les forcer, leur imposer votre amour débordant mais leur suggérer…
    Je vous envie vous futurs adoptants qui vous apprêtez à sauter le pas, moi j’affiche complet avec mes quatre galgos mais je tombe à genoux à la lecture chaque matin des articles d’Odile et j’aimerais tant ouvrir mes bras indéfiniment à chaque petite misère…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *