Les blablas de la présidente d’LSF / Des vies pour sauver d’autres vies….

C’est un long parcours du combattant, une course folle pour sauver des vies, pour faire entendre notre voix que ce soit ici ou là-bas, c’est avec la même rage vrillée au corps que, chaque jour, nous essayons d’apporter notre pierre à cet immense édifice de misère, qu’est le martyre des galgos en  Espagne.

Ça se passe de l’autre côté de la frontière à deux pas de chez nous certes mais beaucoup trop de personnes, bien souvent non investies en protection animale, et si elles le sont c’est pire encore et c’est vraiment qu’elles n’ont rien compris, font l’amalgame, condamnant un peuple tout entier, appelant au boycotte d’un pays alors que, chez nous, la maltraitance existe aussi et que nous avons battu le record des abandons en 2018 !!

Alors balayons devant notre porte.

Les Espagnols ne sont pas plus pourris que les Français et lorsque sur les réseaux sociaux, des internautes crachent leur haine à coups d’injures  contre un peuple tout entier parce qu’ils ont vu passer la photo d’un galgo blessé  et bien croyez-moi, c’est un coup de poignard que les protecteurs Espagnols  prennent dans le cœur, parce que sans eux, nous ne  pourrions pas sauver tous ces galgos.

En effet et ne l’oublions jamais ce sont eux qui s’investissent et qui prennent tous les risques, ce sont eux qui dénoncent à corps et à cri les traditions ancestrales de leur pays, ce sont eux qui luttent sur le terrain chaque jour au prix bien souvent de leur propre vie personnelle.

Leurs conditions de travail sont très difficiles, croyez- moi, la chaleur, le froid,la boue, la mort , le sang et la merde au quotidien, ce n’est pas rien…Il faut avoir un jour mis le nez dedans pour s’imaginer l’ampleur de la tâche.

Et toujours avec le sourire ….

Il y a actuellement une sordide histoire qui tourne sur FB.

 La SPA de Marseille est intervenue récemment dans une habitation et ils ont trouvé un galgo mort de faim dans son panier et un autre chien complètement affamé mais encore vivant.

C’est en France que ça s’est passé et  non pas en Espagne alors vous voyez des pourris, il y en a dans tous les pays et dans le nôtre ça ne manque pas.

Concernant cette sordide histoire, je vous remercie de ne pas y mêler, ni mon nom, ni le nom de l’association que je dirige.

NON ce n’est pas Lévriers sans Frontières qui est à l’origine du placement de ce pauvre galgo.

En effet, tous les internautes s’en mêlent et s’excitent à rechercher l’association coupable !!

Et lui, qui est responsable de son placement ? mais de lui tout le monde s’en fout , ce n’est pas un galgo…

Oh là là ! Un galgo mort de faim c’est terrible et si c’était une autre race de chiens, est- ce que ce le serait moins ?

Est-ce que l’on rechercherait l’éleveur ou l’asso ou le particulier qui aurait donné ou vendu ou placé ce chien ?

NON je ne pense pas….

Je suis toujours atterrée de constater que pour certaines personnes la vie d’un galgo vaut plus que la vie d’un autre chien.

Un galgo est un chien au même titre qu’un autre.

Attention ! Nous devons prendre garde à cette dérive parce que nous constatons de plus en plus, que certaines personnes se débarrassent de leurs chiens pour adopter un galgo ou des galgos.

Oui, ça devient courant et on a même vu pire encore il y a quelques années, une de nos familles d’accueil qui a, purement et simplement, fait euthanasier son dogue argentin pour pouvoir garder le galgo que nous lui avions confié en accueil.

Allez à samedi les amis, les gilets jaunes seront de sortie, j’espère donc que notre transport se déroulera normalement et que le camion n’aura pas trop de retard.

15 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF / Des vies pour sauver d’autres vies….

  • 21 novembre 2018 à 13 h 15 min
    Permalink

    Tout est dit!
    Bravo Odile, j’adore votre franc-parler.
    Vous avez entièrement raison.
    Merci d’avoir fait ce rappel important pour nos amis Espagnols et pour les chiens en général.

    Répondre
  • 21 novembre 2018 à 11 h 41 min
    Permalink

    Il y a de tout sûr notre planète… Ce n’est pas nouveau

    Répondre
  • 21 novembre 2018 à 9 h 40 min
    Permalink

    eh oui malheureusement chez les « pourris » il n’y a pas de frontières il y en a dans chaque pays!!! la France ne peut pas chanter cocorico il suffit de lire les articles des SPA, 30M d’amis etc pour voir que chez nous aussi c’est moche!!! c’est d’autant plus merveilleux de trouver des personnes avec du cœur du courage aussi, de l’amour, pour venir en aide a toutes ces souffrances…on ne pourra jamais endiguer cette vague annuelle de galgo du reste on a l’impression que ces fichus galgueros ont trouvé la solution de facilité en vs déchargeant leurs levriers devant les refuges..il faudrait pouvoir obtenir que cette chasse débile soit abolie définitivement …est ce que toutes associations regroupées il serait possible d’intervenir auprès des élus espagnoles???

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 17 h 22 min
    Permalink

    Entièrement d’accord avec vous. En France ce n’est pas mieux. La justice ne fait pas son travail.
    Quand j’explique d’où viennent mes galgas et le sort de leurs congénères. Je ne manque jamais de souligner qu’il y a les espagnols dévoués et en premières lignes pour les sauver et faire changer les mentalités.
    Un grand merci à ces personnes extraordinaires.

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 15 h 25 min
    Permalink

    Bonjour à tous
    J ai lu cet article c’est assez hallucinant l amalgame que peuvent faire les gens. Quand je lis que certaines personnes font euthanasier les chiens pour adopter des galgos je trouve ça déplorable. J ai moi même trois chiens dont deux recueillis et même si je serais tentée d adopter un galgo je le ferais plus tard quand mes chiens seront partis au paradis des chiens. De même pour les chats je lis souvent que certaines personnes n aiment pas les greffiers donc pour eux un chien peut sans souci les blesser voir pire. J ai également cinq chats dont 3 recueillis. Tout le monde a le droit de vivre sur cette planète. Et effectivement Odile Brochot à raison balayons devant notre porte avant de juger les autres. Bravo à tout ce que vous faites les associations sans vous la misère animale passerait complément inaperçue.

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 13 h 40 min
    Permalink

    A quand le permis d’adopter un animal , comme un permis de conduire ? qui ferait prendre à tout adoptant la conscience de son implication dans cette vie qu’on lui a offerte ? j’ai rencontré des gens horribles de cruauté, des malades mentaux, des insouciants comme cette dame qui permettait que la galga ait les moyens physiques de s’échapper, des femmes qui n’avaient plus d’argent pour soigner leur chien et qui le faisait euthanasier (merci, les vétos)….D’ailleurs cette dame ne s’en est jamais remise et croupit maintenant au fond d’une ehpad….mais j’ai aussi rencontré de fervents défenseurs et défenseuses de la cause animale qui rachètent les autres par leur dévouement et je cotois beaucoup de monde de toute origine sociale, raciale, religieuse….Alors aucune généralisation me semble possible et souvent je pense à ces soldats du feu en première ligne que sont tous les espagnols qui viennent en aide à ces malheureux chiens…..BRAVO à eux

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 11 h 05 min
    Permalink

    C’est certain que ce ne sont pas tous les Espagnols que nous devons condamner. C’est bien de le rappeler . Ils font un travail remarquable, ils sont remarquables….
    Concernant les chiens trouvés à Marseille… quelle tristesse…. Comment peut-on laisser mourir de faim son chien ?? Mais voilà.. encore une fois l’être humain n’est pas si humain.. il y a quelques années, près de chez moi, une femme a laissé mourir son bébé et son BA…. qui était sur le balcon… le bébé dans le berceau… dans un immeuble donc avec des voisins…..
    Et même si le chien venait de LSF… Qu’est-ce que cela changerait ? Vous ne pouvez pas être derrière tous les adoptants, pendant des années ! Au début oui, les familles d’accueil reçoivent des photos et souvent gardent contact mais avec les années les contacts s’estompent …
    Mais vaut mieux pas qu’ils soient de LSF ces pauvres loulous… les gens se défouleraient sur le réseau….
    Suis bien contente de ne pas y être…..

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 10 h 48 min
    Permalink

    Nous nous apercevons que les espagnols on bien changé . Ils signalent les chiens maltraités , ils les enlèvent à leurs galguéros et ceux qu’ils trouvent ils les déposent aux refuges . Sans les bénévoles rien ne serait possible à ce jour . Ils font un travail merveilleux . Ils donnent de leur temps de l’amour des caresses et les soignent . Sans eux rien ne serait possible . Je ne comprends pas pourquoi les gens cherchent un bouc émissaire pour savoir quelle association a fait adopter ce galgo en France il y a beaucoup de maltraitance souvenez-vous de cette chienne berger allemand brûlé qui a succombé à ces blessures tout ça pour ce venger de son conjoint . Ne mélanger pas tout . Nous sommes là pour leur donner une vie meilleure et faite d’amour et aussi les reconstruire . Odile ne donne pas un chien comme ça et il y a une charte chez lévriers sans frontières il faut l’accord pour euthanasier un chien quand le maître l’abandonne ilsrevient à l’adoption chez LSF . Odile se bat pour tout ça . Arrêter de GENERALISE et vous vous faites quoi . Je vous pose la question avez-vous sauvez ne serait ce 1 animal . Regardé les factures des parrainages et après vous fermerez votre bouche et salir une assos ne fera rien avancé . Ces les maîtres qu’il faut punir . A bon entendeur salut

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 10 h 28 min
    Permalink

    Que cet article me fait plaisir car oui de nombreux espagnols qui vivent même en Andalousie, même anonymes, même non membres d’une quelconque association… sauvent des galgos et des podencos …Ton article rend hommage à tous ces anonymes espagnols…La « meute » de mes amis qui vivent à Jaēn est constituée de galgos..podencos..boxer…bref de tous chiens en souffrance que la vie leur a fait croiser…Paco et Catherine se reconnaitront…Alors encore merci Odile

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 10 h 21 min
    Permalink

    l’être humain est capable du meilleur comme du pire, qu’il soit espagnol, français ou autre ….
    tous les chiens maltraités ou délaissés doivent être secourus, d’où qu’ils viennent et c’est vrai pour tous les animaux. Il faut ouvrir les yeux et à notre niveau dénoncer tout cas de maltraitance à une association et s’il y a urgence absolue aller directement à la gendarmerie. Trop de gens ferment les yeux !!!!!!

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 9 h 59 min
    Permalink

    tu as raison Odile meme moi j’ai fait l’amalgame quelle conne je suis pardon pour tous les gens qui sauvent tous ces malheureux chiens et bravo pour tout et surtout pour celui de nous recadrer

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 9 h 47 min
    Permalink

    Il n’y a pas de nationalité de couleur de peau ou autres signes distinctifs réservés à la maltraitante . Il n’y a pas non plus de race ou espèces animales épargnées par le sadisme de l’espèce humaine…. Certains humains martyrisent même ceux de sa propre espèce… Tout cela est triste à pleurer malheureusement la connerie n’épargne personne !

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 8 h 51 min
    Permalink

    Merci Odile d’ouvrir les yeux des personnes sur le travail de nos amis espagnols. Je confirme lorsque certains font des généralités de bas étage sur les espagnols et ce sont nos amis là bas qui le prennent en pleine face. J’ai fait de très belles rencontres canines et humaines au refuge et ils méritent vraiment que nous leur adressions un énorme MERCI. Ce sont eux qui vivent au quotidien cette hécatombe, ces injustices et cette violence alors merci les amis.

    Répondre
  • 20 novembre 2018 à 8 h 41 min
    Permalink

    Merci / Muchas gracias ,Mme Brochot !
    Bonne journée
    Cordialement
    Françoise SUERO -DURAND

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *