On n’est plus jamais pareil quand on rentre de la FBM….

Ce soir nous bouclons nos valises le cœur lourd comme toujours en pensant à tous ceux que nous allons laisser derrière nous … mais avec l’espoir de les voir descendre bientôt du camion. 

Une semaine riche caninement et humainement, ceux qui nous ont marqué, la petite Vanina que son galguero a abandonnée avec sa petite patte cassée 

Et qui a été emmenée à Séville pour y être opérée avec la pauvre Nimeria qui va être amputée…

les 6 galgos débarqués eux aussi le lendemain comme des déchets, et d’autres …

Mais aussi ce soir un camion de l’espoir qui partait en direction de l’Allemagne avec quelques arrêts en route dont la France.

Et puis tous ceux qui sont là depuis trop longtemps …Buda, Harold, la petite Gora…

Et la pauvre Calea arrivée dans un sacré état, Odile vous en reparlera…

Humainement des moments de partage qui ne peuvent avoir lieu qu’ici, des discussions acharnées, des plans sur la comète (mais on ne peut pas vous en parler, il faut qu’on en parle à Odile)

Et une seule idée en tête revenir …

Nous vous avions promis des nouvelles plus fréquentes, mais c’est tellement prenant, nous sommes comme dans un tourbillon, rien ne se passe jamais comme prévu, la météo, les chiens qui se font la malle, ceux qu’on trouve avec une morsure, les uns et les autres qui nous demandent un coup de pouce pour leur coups de cœurs,  Maïté, la bonne fée des petits chiens

Alberto qui tient à nous présenter son petit protégé Chopo,

… Et puis ce matin Jérôme qui a été cherché Lia avec Maïté à plus de 100km pour la ramener à la FBM.

Nous sommes rentrés hier soir soir, il va nous falloir quelques jours pour redescendre, mais l’envie est plus que jamais là.

J’allais oublié la pauvre Carla, mon Dieu il y en a tant…

On est plus jamais pareil quand on rentre de la FBM, on a le cœur lourd et on pense déjà au moment où on reviendra.

Galgueando ….

Jérôme et Célia délégués Lévriers sans Frontières

8 pensées sur “On n’est plus jamais pareil quand on rentre de la FBM….

  • 20 octobre 2018 à 20 h 49 min
    Permalink

    Votre témoignage est troublant et très émouvant. Je comprends que vous ayez le cœur lourd…
    Quelle tristesse de voir tous ces pauvres chiens mais heureusement à la FBM ils sont entre de bonnes mains.
    Merci Célia et Jérôme.
    Zoilo vous fait un gros bisou.

    Répondre
    • 23 octobre 2018 à 21 h 36 min
      Permalink

      Zoilo, mon filleul,comment evolue-t-il ?

      Répondre
  • 20 octobre 2018 à 20 h 04 min
    Permalink

    texte à faire fondre en larme…Coeur très lourd….Combien oh combien de leurs frères meurent ou souffrent en ce moment, à la minute, ….
    nino dona et edward….

    Répondre
  • 20 octobre 2018 à 17 h 35 min
    Permalink

    merci pour ces nouvelles et cette tristesse hélàs qu’on laisse toujours derriere soi quand on part
    mais pensons aux rescapés sauvés grâce à tous les sauveteurs

    Répondre
  • 20 octobre 2018 à 13 h 24 min
    Permalink

    Laisser toute cette misère derrière soi…quelle épreuve ! L’envie de retourner en Espagne pour prêter main forte et surtout pour cajoler, rassurer et aimer tous ces pauvres loulous cassés par les mains d’abrutis de salopards ! L’envie aussi de tous les faire monter dans les camions de l’espoir…quel déchirement pour nous humains ! Les regards de ces chiens, si suppliants si malheureux doivent nous poursuivre jour et nuit !! Merci Célia pour ce merveilleux récit qui me donne l’impression d’être là-bas tellement il est emprunt de vécu ! Je suis si heureuse d’avoir adopté Pistachin, lui aussi cassé par la main d’un bipède et qui se reconstruit un peu chaque jour….Et dans deux semaines, je vais chercher Auréa, la copine de galère à la FBM…Ils seront heureux de se retrouver pour de longues et belles années !

    Répondre
  • 20 octobre 2018 à 12 h 55 min
    Permalink

    CHOPO, tu es trop beau…tu vas faire fondre bien des cœurs,….Merci à vous deux pour ce magnifique témoignage,et pour votre immense dévouement .On vous admire pour cela.

    Répondre
  • 20 octobre 2018 à 11 h 16 min
    Permalink

    Quand on lit et regarde les photos à chaque fois c’est un coup au coeur. Perso çà me fait très mal et tout çà reste dans ma tête tout au long de la journée jusqu’au lendemain où il y aura encore et encore des Gora, des Caléa etc etc. Mais quand celà va t-il finir ??????? Ah si seulement on pouvait avoir 2 vies !!!!! Maintenant c’est trop tard pour moi mais je reste fière et heureuse d’avoir sauvé un certain nombre de chiens et de chats (et même un coq). Chez nous la priorité ce sont les animaux. Tout ce qu’on fait est fait en pensant d’abord aux animaux. Rien n’est possible si nos chiens et chats ne sont pas bien
    Des vacances ? Non / juste des escapades de 3 ou 4 jours avec le camping car et on emmène les 3 chiens et 1 de nos chats qui a un traitement homéo 2X/jour. De l’amour il y en a tout plein et çà fait un bien fou

    Répondre
  • 20 octobre 2018 à 10 h 22 min
    Permalink

    Merci Célia et Jérôme. Ce tourbillon que tu décris, on le ressent parfaitement dans ton texte. On imagine bien ce défilé incessant de chiens à recueillir, à soigner, à opérer, intervenir sur tous les plans, partout à la fois, et puis encore et toujours les urgences, les bagarres, les imprévus. De chez nous, on le ressent par écran interposé, mais là-bas c’est tellement réel, cruel. On ressent aussi tellement fort, cet amour et ce dévouement qui existe. Merci à tous ces bénévoles formidables qui travaillent à sauver, à aimer ces chiens que d’autres cassent sans état d’âme. Merci de la part de tous ceux qui en sont revenus et qui vivent heureux aujourd’hui. Et gros bisous à PERI qui doit vous attendre, rassurez vous il ne vous aura pas oublié.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *