Maltes, encore un galgo victime et la preuve de la barbarie des chasseurs Espagnols

Encore une victime de la barbarie des chasseurs Espagnols et une nouvelle preuve  de ce qu’ils font subir à leurs galgos, qu’ils traitent comme de vulgaires déchets et qu’ils jettent  dès lors qu’ils ne seront plus utilisables.

Chaque jour un nouveau cas et nous ne sommes qu’en début de saison de chasse…

Des galgos qui  arrivent avec des membres fracturés, ou grièvement blessés ou malades ou dans un état de dénutrition extrême.

La voilà la réalité du terrain et on est bien loin de ce que nous avons pu lire dans le magazine publié par la centrale canine ( n° 195 Set / Oct 2018), faisant l’apologie de la chasse en Espagne, en omettant de mentionner, volontairement ou pas, que cette race de chiens est victime de la barbarie de ceux qui les exploitent  et que des milliers d’entre eux sont exterminés chaque année au nom d’une tradition ancestrale .

Celui-ci  est arrivé hier à la Fondation, il agonisait au bord d’une route, c’est un passant qui l’a ramassé et qui l’a transporté à la FBM.

Nous l’avons appelé Maltes.

C’est un martyr parmi tant d’autres, encore une victime et il sera lui aussi  le symbole des milliers d’autres qui mourront dans le silence de leur geôle en tout anonymat.

En ce début de saison de chasse,  les refuges Espagnols  doivent déjà  faire face à un afflux massif  de galgos, qui arrivent  grièvement blessés et qui vont devoir être opérés puis rééduqués puis rapatriés par les associations européennes qui travaillent sans relâche pour leur donner une seconde chance.

Nos amis Belges étaient sur place, dont deux vétérinaires Karine et un de ses collègues,  qui ont prêté main forte  à l’équipe  de la fondation pour les premiers soins sous anesthésie, il  était dans une souffrance extrême.

Fracture ouverte et ancienne  au niveau du tibia avec des chairs nécrosées, ce qui veut dire que les chances de pouvoir sauver sa patte sont infimes et qu’il sera certainement nécessaire de l’amputer.

La voilà la réalité du terrain, preuve à l’appui.

LE MARTYR DES GALGOS EN ESPAGNE !!!!!!!

Mais visiblement cela ne suffit pas et à ce jour nous devons encore nous justifier et apporter des preuves de ce que nous avançons et dénonçons d’une seule voix depuis des années et sans jamais être entendus ou pire encore en étant  humiliés par des journalistes qui se permettent de faire l’apologie de cette chasse qui rapprocherait  l’homme de l’animal !!!

La souffrance de ces êtres innocents n’est pas le fruit  de l’affabulation de quelques militants de la cause animale.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/maltes/

Non elle est bien réelle, elle est là sous nos yeux en l’an 2018 dans un pays européen qui s’appelle l’Espagne.

16 pensées sur “Maltes, encore un galgo victime et la preuve de la barbarie des chasseurs Espagnols

  • 29 septembre 2018 à 23 h 37 min
    Permalink

    Malgré l’heure tardive….je ne suis si choutée, ni ivre……eh bien IUlian,, mon Ami, mon frère , mon mari accepte de l’adopter….. Il n’en voulait pas quatre…mais comme il lui manquera une patte, il n’est que trois quart mais si plein d’amour déja…. DONC, nous parrainons et nous adoptons….Je suis trop heureuse et je vais travailler à mi-temps pour m’occuper mieux de mes bébés…..
    GENEVIEVE IULIAN et leurs nounous d’amour……

    Répondre
    • 3 octobre 2018 à 0 h 31 min
      Permalink

      Roh je n’avais pas vu …..Maltes m’a énormément touchée moi aussi, mais avec vous….je le sais puisqu’on s’est déjà croisées…..il va avoir un foyer doux doux doux…..trop contente pour Maltes, que du bonheur pour lui

      Répondre
  • 28 septembre 2018 à 21 h 57 min
    Permalink

    Mon Dieu comme il a dû souffrir! Heureusement que cette personne l’a transporté à la FBM.
    Quelle barbarie en 2018, c’est impensable!
    J’espère qu’il se remettra très vite le pauvre…

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 21 h 01 min
    Permalink

    Que dire…..
    Tout a été dit
    j’ai des frissons, le coeur qui se serre, comme il doit souffrir…..
    et je suis sure Odile que chaque jour, tu pourrais en mettre un nouveau dans cet état là…
    Comment c’est possible à notre époque d’être aussi cruel sans rien risquer, je suis dégoutée
    il me fait mal, il est jeune…mais pourtant tant de souffrances pour lui déjà
    Une lueur pour lui heureusement qui est pris en charge par la FBM, même s’il ne va pas tout de suite aller mieux….
    Les images font mal et malheureusement c’est la triste réalité, la vraie…..celle du sort des galgos en espagne.

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 20 h 49 min
    Permalink

    c est une bien triste photo que nous ne devrions plus voir à notre époque ; j espère qu un jour il n y aura plus aucune souffrance mais avec l homme c est pas gagné , ce sont des chiens super gentil ; nous avons adopter un galgos de six mois mi février et je suis heureuse de lui avoir ouvert notre porte et notre coeur je me dit qu au moins il ne connaitra pas toutes ces souffrances merci à tout ceux et toutes celles qui aident tous ces pauvres loulou et surtout bon courage.

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 17 h 50 min
    Permalink

    Quand on voit cela, on se dit que l’on n’est plus dans l’humanité mais dans la barbarie ! l’humanité est uniquement dans le regard de MALTES !

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 17 h 48 min
    Permalink

    Les mots sont bien dérisoires, à vrai dire ils me manquent, mes larmes coulent pour ces pauvres petits pères et mères courage qui ont affronté l’indiscible, ne s’attendant pas, dans leur infinie innocence, à être trahis par leurs etrons humains de maîtres. Vous, le journaleux dont j’ai quand même lu l’article, vous ne valez guère mieux que ces tortionnaires dont la place est en enfer si il existe, ou au bagne que je voudrais voir réouvert pour tous tous les tortionnaires d’animaux. Au moment où j’écris, mon petit podenco, que j’ai adopté en juin, dort, blotti contre moi, préservé à jamais de la cruauté des hommes. Son ordure de maître l’avait tout simplement jeté de sa voiture dans un terrain vague d’Alicante, dans l’espoir de le voir crever après une longue agonie. Des gens de bonté l’ont recueilli, il est à présent mien, mon amour, mon enfant, celui qui illumine mon existence et que je jure, devant tous mes frères et soeurs de combat pour la cause animale, de protéger et de chérir jusqu’à son dernier jour. Sachez, Monsieur le journaliste de bien bas étage, que vous ne seriez même pas digne de poser les yeux sur lui.

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 17 h 05 min
    Permalink

    Quelle horreur !
    Comment peut on infliger de telles souffrances à des animaux dont on dit qu’ils sont les meilleurs amis de l’homme. Par ailleurs on dit les Espagnols très croyants et pratiquants alors ils devraient un peu penser à François d’Assise qui est le Saint Patron des Animaux, Mais voilà encore la preuve que l’homme accorde plus de prix au prestige au sein des chasseurs qu’a la vie d’un pauvre chien.
    Merci à ceux qui les recueillent et les soignent et une pensée émue pour ces chiens magnifiques.
    En ce moment je ne peux pas faire de don parce que ma retraite ne me le permet pas mais si cela est possible dans quelques temps je le ferai.

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 16 h 57 min
    Permalink

    Je suis indignée comme tout le monde. Maltes va être sauvé, merci à tous ces bénévoles sur place et à LSF qui le remontera sûrement. Mais y aura t il des candidats à l’adoption? Malheureusement non… pas de jeunes parce que c’est turbulent, pas de vieux car juste quelques années a vivre, pas de noirs, pas de mâle parce que ça lève la patte, pas de malade. Faut que vous soyez pile poil dans les clous mes pauvres loulous et ok poisson rouge, ok serpent, ok ours… et surtout pas un pipi de stress quand vous arrivez, tenez vous à carreaux surtout ! J’ai une pensée très particulière pour tous ceux qui resteront a croupir dans les refuges parce « inadoptables » selon les critères, les exigences demandées, c’est déroutant.
    Oui, on prend un vieux de 10 ans, on le perd 2 ans après. On pleure oui mais lui il a connu 2 ans de bonheur et non 2 ans a pleurer en silence au fond d’un box. Et lui, l’amputé, il n’a pas droit au bonheur ?? Et le leshmanien, on lui double sa peine ?? Ma peine est grande. Mon bonheur est grand aussi d’avoir adopté des « cabossés ».

    Répondre
    • 28 septembre 2018 à 18 h 35 min
      Permalink

      j ai le coeur brisé de voir toute cette barbarie et acharnement contre ces chiens ce qui m attriste le plus c est que seule une poignée sont sauvés je souhaite me rendre disponible pour l association en adhérent j irais a brix rencontrer LSF je n oublie pas les podencos … martyrs eux aussi j ai pu constater après d une adoptants que ces chiens sont la douceurs même et quelle allure je suis tombée sous le charme malheureusement je réside en appartement donc je ne peux soumettre ma candidature à l adoption quel dommage Sylvie joret

      Répondre
  • 28 septembre 2018 à 16 h 18 min
    Permalink

    Ce sont vraiment des SALOPARDS ces galgueros , et encore le mot est faible , il faudrait en inventer un spécialement pour eux !!!! J’espère que cette barbarie cessera un jour ainsi que pour tous les animaux. Je vous ai envoyé un petit chèque pour aider. Bon courage car il en faut

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 16 h 04 min
    Permalink

    Madame je voudrai avoir des pouvoirs pour punir comme ils le méritent ces infames galguéros et leur faire subir la même chose j’ai honte d’être un humain sans pouvoir nous ne pouvons pas être heureux dans ce monde de pourritures .

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 13 h 36 min
    Permalink

    a sangloter ces photos, à avoir honte d’etre du genre humain….A hurler à la lune ronde le désespoir devant un tel massacre…A peupler nos nuits de ces pauvres ombres….A etre obsédée le jour par ce si long museau qui n’ a pu renifler que la merde du monde….A etre obsédée par la couleur de sa robe qui est celle de Ferre, maintenant Edouard ;
    Eh toi, le journaleux qui écrit sans savoir …Oui toi…regarde l’indicible réalité et ravale ton article misérable, si tu ne peux ravaler tes larmes que tu n’as sans doute pas…….
    alors, au lieu de pleurer comme une conne, je vais le parrainer si celà est posssible….Mais quand reviendras-tu, dis, au moins le sais-tu le temps d’amour et de la tendresse…..

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 11 h 54 min
    Permalink

    Pauvre chien !! Quel détresse dans son regard plus que de la souffrance. Que doit il penser ?? Après des années d’effort et de coups, être balancé dans cet état parce que sans doute, il n’était plus ou pas assez performant. On ne peut que lui souhaiter un avenir meilleur, même avec une patte en moins et lui dire a l’oreille que l’être humain peut donner de la tendresse et surtout du respect.
    pourvu qu’il s’en sorte …

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 9 h 55 min
    Permalink

    pauvre cheri pourvu qu’il soit sauvé. est ce qu’on est en 2018? ces sauvages me font pensé à l’époque prehistorique .C’est dommage que l’on ne puisse pas leur faire subir le même sort je viendrais vous aider .Sauvez ce pauvre petit chien pour leur montrer a ces ordures qu’ils ne sont pas les plus forts.

    Répondre
  • 28 septembre 2018 à 9 h 30 min
    Permalink

    La réalité en images sanglantes !! Des victimes comme Maltès il y en a des milliers chaque période de chasse et chaque jour !! Comment les galgueros peuvent faire çà aux galgos ?? Comment ce journaliste peut-il faire l’apologie de la chasse en Espagne ? Par intérêt sans nul doute ! Aura-t-il le courage de t’accompagner sur le terrain Odile ? Plein d’ondes positives et de caresses guérisseuses à ce petit amour de Maltès….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *