Les blablas de la présidente d’LSF/ Je cours toujours après lui…

Les vacances d’été battent leur plein et les abandons vont bon train, nos refuges sont bondés, la SPA tire la sonnette d’alarme et chaque année, c’est pire…

Terrible constat d’un monde qui part à la dérive où l’animal n’est plus qu’un objet de plaisir qu’on jette à loisir s’il devient encombrant ou s’il ne répond pas aux attentes et aux exigences de ses propriétaires peu scrupuleux.

J’ai vu plusieurs fois des adoptants venir ici me rendre leur chien accompagnés de leurs enfants comme si c’était normal, un jour un petit garçon m’a dit « on te le rend parce qu’il n’est pas gentil » et ce petit garçon ne ressentait rien du tout pour ce chien,  c’était glaçant.

On a beau en parler, on a beau dénoncer cet acte terrible à coups de spots publicitaires, plus poignants les uns que les autres, les gens s’en foutent, le principal étant d’aller se pavaner sur les plages du Sud noires de monde.

L’abandon devrait être sanctionné par la loi avec interdiction d’adopter un autre animal, puisque de toute façon la sensibilisation ne sert à rien, les gens capables d’un acte pareil ne sont pas dotés d’empathie, ils trouveront toujours de bonnes raisons pour se déculpabiliser et de ce fait n’auront aucun remords.

Mais s’il y avait sanction ils seraient certainement capables de trouver une autre solution pour se débarrasser de cet animal devenu encombrant, soit ils trouveraient un véto conciliant et il y en a en France ou bien  ils iraient l’attacher au pied d’un arbre dans une forêt à l’abri des regards…

C’est donc le couteau à double tranchant…

Et puis ils adopteront  ou achèteront à nouveau.

J’ai vu ça pour la première fois, j’étais ado et je me promenais avec une copine aux alentours de chez mes parents, une voiture a ralenti loin devant nous, il y avait des bagages sur la galerie, elle ne s’est pas arrêtée, la porte arrière s’est ouverte et le passager a jeté le petit chien et la voiture a redémarré en trompe, et lui le pauvre courait derrière et nous aussi, mais on n’a jamais pu le rattraper et puis il a disparu et on ne l’a jamais revu.

Un instant furtif mais qui est resté à jamais gravé dans ma mémoire, je me repasse souvent cette scène, après tant d’années je cours toujours après lui et je culpabilise de ne pas avoir couru assez vite pour le rattraper.

Tout ça pour vous dire qu’on n’est pas fait pareil, je crois qu’il ne faut pas essayer de comprendre, il y a deux sortes d’humains, ceux qui aiment les animaux et ceux qui ne les aiment pas.

21 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF/ Je cours toujours après lui…

  • 9 août 2018 à 19 h 32 min
    Permalink

    Quand on a des animaux, on s’organise avant de partir en vacances, sinon on reste à la maison, c’est aussi simple que ça.
    Au moins, en restant chez soi, on profite pleinement d’eux!

    Répondre
  • 9 août 2018 à 11 h 08 min
    Permalink

    Bonjour, vous avez très bien résumé, certains aiment les animaux et d’autres non… Il ne faut pas chercher plus loin. Et ceux qui sont tristes devant ces spots publicitaires sont toujours les même, les autres s’en fichent royalement…
    Abandonner juste pour partir en vacances, comme si c’était impossible de faire garder son/ ses animaux, ces gens ne cherchent même pas, ils jettent leurs encombrants avant leur départ.
    Ma sœur et son conjoint partent en vacances avec 2 Bergers allemands, bien entendu il faut bien choisir les destinations avant et se renseigner.
    J’ai toujours pu faire garder ma chienne, mes lapins, hamsters, poules…
    Pour moi la seule raison qui m’obligerait à laisser un animal, c’est le décès…

    Répondre
  • 8 août 2018 à 16 h 21 min
    Permalink

    Bonjour,nous on part pour des courtes vacances cette année,des 3 jours par ci par là.
    Je m’organise pour trouver une location avec chien,faut etre honnête,de plus en plus difficile à trouver,surtout quand la chien est gros,moi c’est une blanc suisse.
    alors on trouve à la montagne ,vers le lac léman et puis on cherche aussi une plage avec les chiens.
    cette année ,àDivonne les bains ,les residence zen attitude acceptent les loulous et ensuite la Suisse ,à Versoix,plage avec beaucoup de chien,le top.Meme les gros chien des voisins est venu se secouer sur ma serviette!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Puis pour les chats,4,c ‘est qq’un qui passe au moins deux fois par jours chez nous.Voila sinon on part pas ,c’est comme ça.

    Répondre
  • 8 août 2018 à 14 h 05 min
    Permalink

    ces affiches, je les ai agrandies et bien mises en valeur sur le chemin de randonnée qui passent devant ma maison; sur 20 personnes qui passent, 2 s’arrêtent pour lire…. et blabla après mais on voit que les sentiments pour les animaux sont inexistants.
    Moi je viens de perdre une petite chèvre Emeline qui a péri dans l’incendie de ma grange, et je vais mal de ne pas avoir pu la sauver et d’entendre : « c’était qu’une chèvre ». oui mais elle partageait la vie de mes 7 toutous et était complice avec les sauvés de la rue, les adoptés de lsf. Et voilà le feu m’a enlevé dans la souffrance celle qui faisait le bonheur de tous mes animaux et le nôtre. Mon Dieu que c’est dur, nous les aimons, les pleurons quand ils décèdent et d’autres les abandonnent. « LE MAL NE CONNAIT PAS LA GREVE » Claudio Capéo; » donnez moi un peu de rêve »….

    Répondre
  • 8 août 2018 à 10 h 58 min
    Permalink

    Il n’y a qu’un mot pour qualifier l’abandon c’est la « trahison ». C’est la spécialité de ces pleutres sans âme ni scrupules, sans fierté ni amour propre qui évoluent dans l’aquarium de la société dissimulés sous des apparences trompeuses pour ne pas susciter la méfiance et qui sont prêts à vous bouffer tel un piranha pour assouvir leurs caprices. Alors quoi de plus facile pour ces lâches que de tromper un chien qui ne pourra pas dénoncer la vraie personnalité de ses maîtres. Et ce pauvre chien dont le cerveau n’a pas été doté, heureusement pour lui qui reste ainsi pur, de ce cortex qu’ont les humains et qui n’est qu’une couche supplémentaire de neurones par trop utilisées pour la malveillance, aura encore dans son cœur brisé de l’amour pour ses maîtres ignobles s’il les retrouvait.
    Un chien ne nous trompera jamais. Sa vie il nous la donne en toute sincérité. Abandonner ou maltraiter un chien c’est s’avilir. Ceux qui le font sont capables d’autres actes méprisables et ils auront des comptes à rendre à leur conscience s’ils en ont une et je leur souhaite un mal être jusqu’à leur extinction.
    Je vous raconte l’histoire d’un chien qui s’appelait Brigitte. Après avoir diffusé plein de gentillesses et de bons services aux membres de sa famille ( partagé ses os, sa niche pour les vacances, des cadeaux, des dépannages d’argent, etc.) et alors qu’ils en avaient tous bien profité ceci a sordidement suscité leur jalousie. Alors usant d’escobarderies, de zizanie, ils ont manipulé la grand-mère louve pour qu’elle ferme sa porte, son téléphone au toutou Brigitte et à ses petits. Ils l’ont tous trahie, jetée, méprisée et malgré ses gémissements ils l’ont refoulée pendant 10 ans pour garder pour eux seuls la vieille louve qui n’avait plus désormais que de l’inimitié pour cette toutoute sidérée et peinée.
    Aujourd’hui la vieille louve est devenue gênante car elle est boiteuse et n’a plus toute sa tête et difficile de l’attacher à un arbre au fond des bois pour s’en débarrasser. Alors ils se sont rappelé que ce bon vieux toutou Brigitte était bien brave et que sa niche avait toujours été accueillante.
    Et devinez quoi, la toutoute Brigitte est soudainement encensée de qualités, de compliments et ils sont tous contents de la retrouver car comme tous ces braves chiens qui ne connaissent pas la haine ni la vengeance, celle-ci a fait de la place dans sa niche pour récupérer sa vieille mère louve devenue encombrante pour l’assister jusqu’à son dernier jour. Et pour comble, la morale de cette histoire pour ces chacals dépourvus d’amour propre est « tout va bien qui finit bien ».

    La trahison, l’abandon est un acte de cruauté ignoble et plus particulièrement envers un animal innocent et tellement sincère. Il n’y a pas de mauvaises personnes ni de mauvais chiens. Il y a des humains, des animaux mais malheureusement il existe aussi des vermines

    Répondre
  • 7 août 2018 à 17 h 51 min
    Permalink

    La race humaine est déconnectée . Totalement déshumanisée, pour moi,les gens sont des « walking deads » , ils ne vivent pas la vraie vie,celle de l’ émerveillement, du respect, de l’étonnement, c’est pour ça qu’ils ne respectent pas les animaux. Aucune humilite,ils pensent qu’ils se sont fabriqués tout seuls, c’est totalement incroyable, insupportable….Mais il ne faut pas penser à ça, tant pis pour eux,il faut être ferme dans ses convictions en sachant que ç’ est nous qui sommes les vivants et pas eux. Ce sont des morts vivants, rien de plus……

    Répondre
  • 7 août 2018 à 15 h 36 min
    Permalink

    Je m’organise toujours quelques mois avant pour la garde de mes animaux à domicile, 18 chats avec ceux de ma fille . Je reconnais que c’est un budget mais quand on aime ça compte pas .Quand à mes 2 loulous ils viennent avec nous .Nous sommes même parti 4 jours début Juillet avec eux pour voir comment ça se passait . Ils ont fait 8 heures de route je dois dire que l’organisation tourne autour d’eux moi qui avait des craintes pour ma craintive et bien tout s’est bien passée à part qu’elle a été malade . Pour le retour elle a eu des cachets. En ce moment nous sommes en Espagne la chaleur est étouffante les chiens sont fatigués mais ils sont avec nous . Les gens sont lâches je n’arrive pas à comprendre . Ils font parti intégrantes de la famille mon mari appelle Mike son fils c’est pour vous dire . Lui qui n’était pas chien il ne peut plus concevoir sa vie sans son chien Ils sont fusionnelles c’est beau à voir . Et ça jamais non jamais on nous l’enlèveras car se sont des chiens uniques

    Répondre
  • 7 août 2018 à 15 h 05 min
    Permalink

    Cette société part à la dérive. On se lasse de tout , de son conjoint , de ses enfants, de sa voiture, de sa maison, de son chien…Quoi de plus normal lorsqu’on nous rabâche que l’avenir et la modernité sont dans le changement ? Alors on change de voiture, de compagne, d’enfants et de chien. Combien de victimes de ces instabilités permanentes ? Il est presque honteux d’avouer que l’on est heureux simplement parce qu’on a besoin de presque rien : la personne qui partage notre vie depuis des années, nos enfants qui nous en font encore voir même quarante ans passés, nos petits enfants qui nous font tourner « chèvre » parfois et un chien, celui-ci en ce moment ou celui-là qui nous a quitté début janvier. Il y a beaucoup à apprendre des chiens, eux aussi n’ont pas besoin de grand chose, une caresse, un regard, de la complicité aussi , une belle et longue balade au calme. Pourquoi cette vie semble-t-elle si difficile à vivre pour beaucoup au point qu’ils croient se protéger en se débarrassant de toute empathie vis à vis de leurs proches et de leurs animaux ? Il n’y a que face à certaines maladies qu’il n’y a pas de solution, pour le reste il en existe toujours une, c’est ce que m’ont appris mes parents.

    Répondre
  • 7 août 2018 à 14 h 33 min
    Permalink

    Ce constat des humains sans empathie est bien malheureux , c’est vrai qu’il y a ceux qui aiment les animaux et ceux qui ne les aiment pas , mais n’oublions pas que si on aime les animaux , on ne les mange pas….. pensez aussi aux animaux de boucherie , l’empathie n’a pas de frontière sinon ce n’est pas de l’empathie!

    Répondre
  • 7 août 2018 à 13 h 10 min
    Permalink

    Je suis une maman chats (et oui, et c’est malheureusement une des raisons pour lesquelles je ne prends pas de chien, et notamment de galgo même si je sais que certains d’entre-eux ne coursent pas les chats – je me contente de parrainer Brissa en ce moment).
    J’ai toujours eu des chats.
    Longtemps, ma minette Nini a partagé ma vie, y compris, bien entendu toutes mes vacances, même à l’étranger (bienvenue en Toscane ma Nini !) .
    De fil en aiguille et sans préméditation, j’en suis arrivée à partager ma maison avec 10 chats (j’ai un mari aussi dingue que moi de ces boules de poils, çà tombe plutôt bien).
    Les vacances se font à présent sans eux, mais une nounou – pet sitter professionnel – vient alors à la maison 2 fois par jour pour pour s’occuper d’eux.
    Tout çà pour dire que des (bonnes) solutions existent pour gérer à la fois des vacances agréables et trouver une solution pour notre compagnon de vie quand il n’est pas possible de le prendre avec nous.
    Abandonner son animal, cette créature absolument innocente pour qui nous sommes le dieu vivant, est d’une cruauté indicible.
    Chaque année les refuges sont débordés et chaque année les abandons sont en nombre croissant.
    Nous vivons malheureusement dans une société où l’animal en général est réduit à l’état de marchandise.

    Il faudra hélas beaucoup de temps pour changer les mentalités…

    Répondre
  • 7 août 2018 à 11 h 56 min
    Permalink

    Et bien si on n’aime pas les animaux on les laisse à ceux qui les aiment !!! Mais moi aussi je parle dans le vide… je pleure tous les jours d’entendre les appels au secours des associations d’aide aux animaux..
    Je voudrais trop pouvoir prendre au moins 2 autres chiens, ce serait mieux que rien mais mon mari me le refuse…. plus ça va plus je hais les humains, ils me dégoûtent et sont tellement décevants ! Même certains dans mon proche entourage !!!!! Parfois je me dis que je n’ai plus ma place dans ce monde insensible…..

    Répondre
  • 7 août 2018 à 10 h 46 min
    Permalink

    Comme de nombreuses personnes, je ne comprendrai absolument jamais les abandons. Que se passe-t’il dans la tête des gens ? Si votre enfant n’est « pas gentil », penseriez-vous à l’abandonner ?
    Je me suis souvent faite cracher dessus pour comparer les animaux aux enfants, pourtant les animaux font bel et bien partie de la famille, je ne vois aucune différence sentimentale !
    Le problème est là, certains font encore la différence, considèrent encore les animaux qui les côtoient comme des « biens » et non comme des êtres vivants qui ont d’autres besoins que d’être nourris, logés et promenés.
    Souvent, dans ces abandons justifiés par « je ne l’aime plus », « il n’est pas gentil », « il a tel ou tel problème », les gens ne comprennent pas que toute situation s’arrange avec des efforts (ah, mais c’est trop d’effort, j’avais oublié). Je veux dire.. Qu’on se le dise, quand un enfant fait une bêtise, on est fâché, souvent il y a des mauvaises passes, la crise d’ado, etc.. Un chien c’est pareil qu’un enfant (et même mieux ? haha), pourtant on les aime malgré les « disputes » passagères.
    Et pourtant les familles n’abandonnent pas leurs enfants au bord des routes quand ça leur chante..
    M’enfin bref, ceux qui sont concernés ne liront jamais ce que les gens comme nous en pensent, c’est très triste.

    Répondre
  • 7 août 2018 à 10 h 37 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord, nous ne sommes pas pareils. Pour moi un animal est un membre de la famille.
    Je suis admirative de votre action en faveur des galgos qui sont des chiens merveilleux. Comète est dans mon cœur et le manque beaucoup.
    Bonne journée chère Odile.

    Répondre
  • 7 août 2018 à 10 h 22 min
    Permalink

    Plus on connaît les Hommes, plus on aime les animaux. Nous avons 4 chiens, 2 galgos et 2 bichons. Ne nous partons que si nous avons quelqu’un pour venir occuper la maison car il est inconcevable pour nous de laisser nos chiens dans une pension. Si nous achetons une maison, le critère 1er est la surface du terrain indispensable aux chiens…

    Répondre
  • 7 août 2018 à 9 h 53 min
    Permalink

    Changer les mentalites, éduquer les jeunes enfants et donner à l’animal une place faite de respect ,d’amour et de justice…un vaste programme…une grande utopie…je ne conçois pas ma vie sans chien,et je ne suis pas la seule….!!!chapeau bas et respect pour le travail accompli par les refuges, surtout en ces périodes de grands départs et de folie humaine.!!!!!

    Répondre
  • 7 août 2018 à 9 h 18 min
    Permalink

    Notre premier chien c’était à l’île d’Oléron, nous étions en vacances avec nos deux plus jeunes fils il y a 33ans et je n’ai pas oublié. Ils sont arrivés près de la plage, elle est descendue de la voiture avec des biscuits. Le conducteur lui a dit « tu lui donnes les gâteaux et tu pars de ce côté et moi de l’autre »et voilà le tour était joué, celui qui allait devenir notre Pollux venait de se retrouver sans domicile fixe. De ce jour là, nous pouvions faire des heures de route, il était impossible de le faire sortir de la voiture pour le pissou, le traumatisme de l’abandon est resté jusqu’à la fin de sa vie.

    Répondre
  • 7 août 2018 à 9 h 13 min
    Permalink

    oui que votre commentaire est juste j en est les larmes aux yeux et mon coeur se serre de douleur vous ne changerai jamais les gens prenait par exemple monsieur macron toute les avance pour le bien etre animal a voler en eclat depuis qu il est au couvernement cest un homme qui n aime pas les animaux pour moi du moins alors si se gouvernement nenvoit pas l exemple alors vous avait tout compris et dans votre commentaire vous avait tous dit

    Répondre
  • 7 août 2018 à 8 h 59 min
    Permalink

    C’est en effet terrible. Terriblement incompréhensible. Comment peut-on abandonner que être qui nous aime… Abandonner un être vivant qui a besoin de nous. Moi je culpabilise déjà quand je pars travailler le matin. Moins maintenant qu’elles sont deux (ou trois!) car je sais que depuis que Telma a de la compagnie elle ne pleure plus le matin quand je pars…Mais par contre elles m’attendent…. Comment peut-on jeter son animal de compagnie par la fenêtre ou derrière la porte d’un refuge ou le ramener en trouvant un prétexte ? Oui il y a ceux qui les aime et ceux qui ne les aime pas.. mais c’est aussi plus tordu que ça malheureusement… Car beaucoup sont ceux qui disent les aimer et qui en réalité ne les aime pas plus qu’un objet….. Et comment les débusquer ceux là ????

    Répondre
  • 7 août 2018 à 8 h 56 min
    Permalink

    Bien triste constat effectivement Odile mais il y a aussi de belles histoires.
    Là où j’habite, il suffit de faire 600m et nous arrivons dans une forêt du sud est ……. Tous les soirs vers 18h vous pouvez y rencontrer des personnes qui ne se connaissaient pas, pour certaines, il y a encore 6 mois et qui aujourd’hui se retrouvent avec plaisir et ça grâce à leurs chiens.
    Beauty, Buck, Paco, Caramel, Jeff, Tess, Effie et Susi la petite dernière ……….. tous adoptés, tous aimés, tous choyés ………..
    Je veux croire qu’un jour les mentalités changeront, faire passer le message inlassablement ……….
    Les animaux, NOS chiens adoptés, sont d’incroyables vecteurs de rencontre et d’amitié

    Répondre
  • 7 août 2018 à 8 h 25 min
    Permalink

    je pense plutôt qu’il y a deux sortes d’êtres humains, ceux qui ont un cœur et ceux qui n’en n’ont pas ! car il faut être vraiment insensible et sans cœur pour abandonner un animal avec qui ont a vécu

    Répondre
  • 7 août 2018 à 7 h 36 min
    Permalink

    Pas compliqué de trouver une location qui accepte les animaux, pas compliqué de trouver une pension si on n’a pas choix, pas compliqué de trouver une solution de garde…mais seulement si on en a envie…dégoût de la race humaine qui n’a rien d’humain, dégoût de sa lâcheté, de son égoïsme, de sa cruauté ….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *