Il y a une semaine à cette heure-ci….1 er jour à la FBM

Retour en arrière…

Dimanche dernier à cette heure-ci  j’étais encore dans les bras de Morphée.

Arrivée à la FBM en pleine nuit vers 4 ou 5 h je ne sais plus bien…

Après 18 h de route, j’ai plongé dans le lit qui m’attendait, tout était prêt pour notre arrivée, des petites attention qui font chaud au cœur, des serviettes de toilette et des draps qui sentent bon le soleil du sud de l’Espagne tout comme cette paella végétarienne préparée pour l’occasion..

D’habitude lorsque j’arrive là-bas à peine le jour levé je me précipite dans le refuge pour aller voir les chiens, pensez donc !!

Mais cette fois-ci ce fut différent, j’avais pour consigne de ne pas pénétrer dans le hangar car une surprise m’attendait.

Du coup j’ai dormi jusque 9 h 30, ça ne m’était guère arrivé depuis bien longtemps au point que Patricia s’est inquiétée et est venue voir discrètement si j’étais toujours vivante !!

RIRE !!

Lorsque je me suis réveillée, je ne savais plus où j’étais, ici ou là-bas ?

Et puis j’ai réalisé que j’étais bien à la FBM…

J’entendais les chiens qui aboyaient  et des gens parler, il faisait jour dans la chambre alors je regarde mon portable, il est bel et bien 9 h 30 !!!

Je bondis du lit, un café, une bonne douche, je descends et déjà tous mes amis espagnols étaient affairés à préparer la journée portes ouvertes pour l’inauguration des nouveaux locaux financés par LSF.

Il est 11 h, l’heure de la surprise !!

Un drone virevoltait au-dessus de nos têtes pour filmer l’instant…

Et on m’emmène à l’entrée du hangar, la porte est couverte d’une toile noire et lorsqu’elle tombe je découvre qu’elle a été peinte aux couleurs de Lévriers sans Frontières,

et on m’offre un beau bouquet de fleurs.

Je suis  gênée et pas très à l’aise d’être mise  à l’honneur comme ça, mais je suis très touchée et je retiens mes larmes.

Je pénètre enfin dans le hangar, il est beaucoup plus clair qu’avant, les  chenils sont plus spacieux, les chiens moins nerveux, mais bon ils sont toujours aussi nombreux et ils hurlent  toujours autant, surtout la nuit.

C’est beaucoup de travail accompli que ce soit ici ou là-bas, mais il reste encore du pain sur la planche et nous ne devons pas nous endormir sur nos lauriers.

Parce que la fin du martyre des galgos n’est pas pour demain… croyez-moi…

5 pensées sur “Il y a une semaine à cette heure-ci….1 er jour à la FBM

  • 19 novembre 2017 à 11 h 10 min
    Permalink

    “Eh, mon gros, Odile est rentrée à Villette, c’est chouette, j’aime pas le silence radio…et puis, j’aime pas trop les photos du refuge, bizarrement, celà me rappelle quelques souvenirs…Tu dis rien ?”
    “Ma bellotte, je n’ai plus besoin mais je suis triste car je pense à tous mes copains d’infortune, et puis, j’arrive pas encore à croire ce qu’il m’arrive, alors je reste sur mes gardes….Mais Papa et Maman le comprennent et me laisse m’adapter à mon rythme.”
    “bah oui, toi, tu passerais bien ta vie dans ton canapé, c’est trop facile…Maman, aussi, elle travaille pour nous, elle a vendu tous les calendriers et récupéré des tonnes de jolis colliers qui vont aller à un vide grenier, grace à Elizabeth….Moi, je fais la belle pour toucher les gens et toi, tu fais le gros bourru qui demande rien à personne, pauvre gros idiot, si Odile n’avait pas été là, tu s’rais devenu quoi???”

    C’est la conversation que j’ai surprise ce matin, lorsque j’ai ouvert la “boite” gourmande de nouvelles…Alors, bon retour Odile et plein de courage….

    Dona, Otto et maman et papa

    Répondre
  • 19 novembre 2017 à 10 h 42 min
    Permalink

    Bonjour Odile, vous nous avez manqué cette semaine. Comme vous dites, il reste encore du pain sur la planche. Merci de nous faire partager ces instants d’émotions. Bon dimanche.

    Répondre
  • 19 novembre 2017 à 10 h 12 min
    Permalink

    Bonjour, Je souhaite qu’un jour prochain une émission style “Pitbulls et prisonniers” sur Numéro 23 passe à la TV afin d’alerter enfin l’opinion publique sur le martyr des galgos, podencos, mastins et autres malheureux toutous en Espagne. J’ai essayé de les contacter mais je n’ai pas assez de poids et pas assez de relations. Peut-être pouvez vous y arriver car comme vous je pense que c’est loin d’être fini. Je suis admirative de ce que vous faites Odile.

    Répondre
  • 19 novembre 2017 à 9 h 20 min
    Permalink

    Merci Odile pour ce petit bout de partage de votre déplacement à la FBM….Je me doute bien que les galgos arrivent en masse dans les perreras et les refuges en cette période de chasse, hélas !! Relevons nos manches. Relevons le défi qu’un jour le martyr des galgos cesse !!!

    Répondre
  • 19 novembre 2017 à 9 h 07 min
    Permalink

    Bon retour parmi a les tiens odile …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *