Des joies, des peines, des rires et des larmes,voilà ce que nous vivons lors d’un sauvetage

C’est le cœur rempli d’amour que je me lève ce matin, enfin cette nuit, et je repense à tous ces regards que je n’ai vus certes que très furtivement mais il me suffit d’un flash un peu comme quand on prend une photo et que l’on n’oublie rien même des années plus tard parce qu’on se souvient à jamais de l’instant.

Les taulards, ils étaient au nombre de je ne sais plus combien, trop fatiguée ce matin pour les nommer mais je les revois tous défiler les uns après les autre dans ma tête fatiguée.

Je pourrais vous raconter comment s’est passée celle belle journée mais mes pensées sont trop mélangées alors je laisse mes doigts aller sur le clavier, je les aime tant tous ces galgos, je voudrais tellement faire encore plus pour qu’enfin ils soient respectés comme des chiens, pauvres chiens, chiens abîmés, maltraités qui ont un jour transpercé tout mon intérieur au point de bouleverser complément ma vie.

Je n’ai malheureusement pas pu photographier les instants magiques  de vos sourires  magnifiques à vous les adoptants que je remercie infiniment d’avoir un jour rencontré le chemin de Lévriers sans Frontières et d’avoir décidé de nous suivre dans cette belle aventure qu’est l’adoption d’un galgo.

Rayo et son petit bout de museau à la retrousse, adieu ton ancienne vie toi le prisonnier, quand Jean-Pierre l’a vu il était comme gosse, il l’a trouvé tout tendre et tout mignon et on s’est demandé ensemble pourquoi il était resté si longtemps au refuge, février 2015 , 2 ans et 7 mois, c’est une terrible injustice, nous avons le devoir nous les associations de consulter  la liste dans l’ordre des dates d’arrivée lorsque nous réservons nos chiens à la Fondation, parce que si nous ne le faisons pas nous sommes les complices de leur seconde agonie.

Dommage je n’ai pas de photo mais j’ai celle d’Otto taulard lui aussi, merci Geneviève de l’avoir choisi et Arenita qui est parti vivre en Bretagne, vous imaginez ce que ces chiens peuvent ressentir lorsqu’on leur offre une seconde vie, c’est le paradis après l’enfer pour eux.

Et le petit Minion qui porte si bien son nom, c’est qu’il était attendu, pour celui-là pas de soucis.

Des joies, des peines, des rires et des larmes, voilà ce que nous vivons lors d’un sauvetage

Ce qui me vient comme ça pêle-mêle, le sourire d’Isabelle qui est venue chercher ses deux amours, Bandi et Ebro, mais qui a encore le cœur plein de celui qui l’a tragiquement quittée cet été et Barbara aussi qui a plusieurs fois appelé Brenta, Polka. Tourner les pages du grand livre des drames qui salissent nos vies à jamais, ainsi va la vie… Je vous souhaite à toutes les deux de les aimer autant que vous avez aimé ceux que vous avez perdus.

C’est là-dessus que je terminerai, des rencontres magnifiques, des amitiés qui se lient entre nous autour de cette belle cause que nous défendons tous ensemble pour le meilleur et pour le pire.

Je voulais vous dire combien tout cela me donnait l’envie d’avoir envie !!

Allez bye bye, les amis, je vous dis au 7 octobre puis au 28, eh oui on n’arrête plus, la saison de chasse va recommencer et les sacrifiés ne vont pas manquer.

Et puis ensuite le 11 novembre, je vous quitte pour une semaine, je m’en vais là-bas.

9 pensées sur “Des joies, des peines, des rires et des larmes,voilà ce que nous vivons lors d’un sauvetage

  • 12 septembre 2017 à 7 h 32 min
    Permalink

    bonjour, toute la grande famille
    Otto, le taulard est bien arrivé en Normandie ; J3 au soir, séance de massage du ventre, allongé de tout son long sur un tapis…pas mal!!! Coco et Pauline, finalement, il ne les regarde pas ; je crois que mon stress était communicatif..Dona, la belle galga se fait mousser, trémousse du train arrière dans tous les sens, lui n’est pas très démonstratif…Plein de patience, de douceur, quelques mots bien choisis et répétés inlassablement et dans quelques mois, nous vous enverrons de très belles nouvelles, encore plus belles ; bises à tous
    Otto Dona et Geneviève

    Répondre
  • 11 septembre 2017 à 8 h 05 min
    Permalink

    ça fait tellement de bien de voir ces photos
    Merci Odile pour tout ce travail…

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 18 h 19 min
    Permalink

    Un gran merci de coeur pour trouver des foyers pour ces chiens et eux donner FUTUR!!

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 13 h 12 min
    Permalink

    merci de ton existence Odile

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 13 h 12 min
    Permalink

    magnifique sauvetage 30 galgos c est pas rien !!. Bisous à toutes les personnes qui font que cela soit possible et bon dimanche à tous.

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 12 h 54 min
    Permalink

    A bientôt Odile, bon courage et grand merci pour tout ce que vous faites.

    Répondre
  • 10 septembre 2017 à 9 h 59 min
    Permalink

    Le regard du galgos sur la dernière photo est, tout simplement, magnifique.

    Il semble dire à son nouveau maître : « enfin un humain qui avec qui je vais enfin pouvoir VIVRE ».

    Merci Odile pour tout ce que vous faites avec LSF. Vous êtes une « sacrée bonne femme ».

    Répondre
    • 10 septembre 2017 à 14 h 42 min
      Permalink

      Moi aussi je suis touchée par ce regard intelligent et tendre et ce museau fin qui flaire ce nouveau maître ! « Enfin le bonheur » : oui pour toi et ton maître. Longue vie.

      Répondre
  • 10 septembre 2017 à 8 h 39 min
    Permalink

    Un beau sauvetage rempli de fortes émotions pour les humains, et, également pour ces beaux loulous. Un changement total pour eux.
    Les émotions ne sont pas terminées pour vous Odile, car en Espagne il y a de quoi pleurer pour ces galgos de l’enfer. S’il vous plaît Odile, de ma part donnez des bisous et des câlins à mes filleul(e)s Amadora Grégorio et surtout Lauren mon petit filleul si courageux. Plein d’amour pour eux. Merci Odile. A bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *