Et les galgos traumatisés dans tout ça ? condamnés à perpétuité ? Quelle terrible injustice…

Ils ont toujours été ma bataille, mon combat.

Malheureusement ils restent dans nos refuges espagnols ou bien dans nos familles d’accueil si nous les remontons en France.

https://www.levriers-sans-frontieres.com/category/galgos/france/

Célia, Zidra, Sevi et les autres…

Martyre = souffrance torture supplice calvaire = traumatisme

Alors comment accepter que ceux justement ceux qui ont subi la maltraitance et qui en gardent des séquelles psychologiques doivent être également les victimes du diktat de notre société de consommation et de l’effet de mode qui fait qu’aujourd’hui il est de bon ton d’adopter un galgo qui a souffert mais qui devra dans la majorité des cas être jeune, beau et sociable surtout et on a toujours de bonnes raisons pour cela.

Force est de constater que la démarche de cœur s’arrête très et trop souvent, de plus en plus même, à la frontière de ces critères sélectifs et que nos craintifs eux ne sont absolument pas plébiscités par les candidats à l’adoption.

On s’insurge contre les actes de tortures de de barbarie infligés à ces pauvres galgos,  on compatit aussi mais c’est tout.

De nos jours le chien doit répondre aux désirs de  l’humain, on adopte avant tout pour soi et pour se faire plaisir.

Et pourtant ils ont tant à donner et à recevoir, ils ont  tant à vous apprendre aussi.

Bien sûr que le chemin sera plus long, bien sûr qu’il vous faudra surmonter des obstacles et faire quelques sacrifices mais au bout de ce parcours là il y aura entre vous deux un lien indéfectible parce que lorsque vous aurez gagné sa confiance il vous en sera à jamais reconnaissant et vous le prouvera à chaque instant.

Un grand projet qui me tient à cœur depuis longtemps va enfin voir le jour à la rentrée de septembre en partenariat avec la Fondation Benjamin Mehnert.

Il sera entièrement financé par Lévriers sans Frontières et aura pour but la prise en charge des  galgos craintifs et traumatisés  par des comportementalistes et des bénévoles formés qui travailleront  exclusivement avec eux, avec la mise en place d’un programme de socialisation adapté dans un lieu apaisant  qui leur sera spécialement dédié à la Fondation.

Je vous reparlerai de cet immense projet à la fin de l’été en espérant qu’il sera porteur d’espoir pour tous les galgos traumatisés par leur lourd passé de maltraitance.

 

 

 

 

18 pensées sur “Et les galgos traumatisés dans tout ça ? condamnés à perpétuité ? Quelle terrible injustice…

  • 6 août 2017 à 18 h 48 min
    Permalink

    Quelle horreur cette petite galga pendue… On a beau en voir des tonnes de ces images, c’est un coup de pied dans les tripes à chaque fois. De plus, on dirait qu’elle est enceinte. J’espère que je me trompe…

    Merci Odile de ne jamais baisser les bras.

    Répondre
  • 5 août 2017 à 22 h 46 min
    Permalink

    Je suis très triste de lire que “les galgos traumatisés sont refusés par les adoptants”. …..
    Dans mon cas personnel ce n’est pas vrai et je trouve même cela très injuste. Je m’explique.
    je souhaitais adopter Célia (36) qui a toujours été mon coup de cœur depuis le début.
    Mais je me suis vu refusé ce bonheur. Il m’a été répondu que cette petite chienne “était trop craintive et qu’il lui fallait absolument un congénère”… Je me suis permise d’insister car sa famille d’accueil se trouve dans le 36 proche de chez moi dans le 86.
    Si vous aviez accepté de me confier Célia, elle serait aujourd’hui comblée d’amour dans un foyer aimant et sécurisant, pour le restant de ses jours.
    J’ ai été blessée de ce refus car j’ai pensé que vous ne me faisiez pas confiance. C’est dommage.
    Des chiens traumatisés, j’en ai déjà apprivoisés. Je sais la dose de patience , d’abnégation et d’Amour qu’il faut pour les comprendre et pour attendre le temps qu’il faut afin qu’ils reviennent à la vie, à leur rythme.
    Vous voyez Odile, ce ne sont pas toujours les adoptants qui refusent d’adopter les chiens traumatisés…

    Répondre
  • 5 août 2017 à 20 h 33 min
    Permalink

    Actuellement je suis en deuil de mon galgo, 10 ans d’amour cela ne s’oublie pas. Lorsque le temps du deuil sera passé et que je me sentirais prête, j’acceuillerai à bras ouverts un loulou, même celui dont personne ne veut, comme mon Mateo, handicapé, malade, traumatisé.

    Répondre
  • 5 août 2017 à 13 h 21 min
    Permalink

    Adopter un galgo c’est le prendre avec ses fantômes, et là est notre travail: lui apporter de l’amour et surtout faire tout pour qu’il nous accorde sa confiance et lorsque c’est fait c’est un immense bonheur car il vous colle comme si vous l’aviez toujours eu. Mais de grâce arrêtez de regarder la couleur de sa robe, son âge, son sexe, ce qui compte c’est de le sauver alors il peut être borgne, noir, vieux, amputé et trauma qu’est ce que ça peut faire ? C’est lui que vous adoptez et non pas une avancée dans votre thérapie !

    Répondre
  • 5 août 2017 à 10 h 31 min
    Permalink

    3 adoptions…2 traumas…et alors? Chez moi, ce sont des merveilles qui m’offrent un amour démesuré…Ok…en dehors de la maison, la panique les reprend surtout si des personnes persuadées qu’aucun chien ne leur resiste essaie de les caresser alors que je les prie de ne pas insister ! Ce n’est pas grave…voir mes 3 loulous heureux chez moi, apaisés…voire collants est le plus important…

    Répondre
  • 5 août 2017 à 10 h 11 min
    Permalink

    Quand je lis chaque jour le mail concernant ces martyrs j’ai le coeur serré et souvent les larmes …..et je me dis “si seulement j’avais eu connaissance de cet enfer un peu plus tôt dans ma vie !!! En ce moment je suis très attirée par une petite galga qui pourrait faire la course avec une copine. Notre galga est chez nous depuis 2 ans 1/2 et je dois dire que la présence de 2 autres loulous à la maison l’a beaucoup aidé et encore maintenant on remarque des améliorations quant à sa peur des inconnus. Avec nous c’est l’Amour et elle est toujours partante pour s’installer sur la banquette du camping car !!!! C’est si bon de la sentir heureuse. En plus elle apprécie les calins de certains de mes chats calinous et elle ignore complètement les 3 poules. C’est notre petite perle ! Je réfléchis à une nouvelle adoption car nous avons déjà 3 chiens (Labrador, petit loulou de la Réunion et Galga) Nous les emmenons partout avec nous ce qui implique pas mal de critères pour nos petits séjours …..

    Répondre
  • 5 août 2017 à 10 h 02 min
    Permalink

    Quelle beau projet Odile
    J’ adhère à 100%.

    Répondre
  • 5 août 2017 à 10 h 01 min
    Permalink

    Magnifique idée Odile les traumas en valent vraiment la peine je vois avec mon amaya qui a 10 ans et qui a toujours ses peurs fasse à un étranger ses tremblements et la petite pod mady/elsa que j’ai eu 7 mois en FA et qui est si bien maintenant avec ses adoptants bravo

    Répondre
  • 5 août 2017 à 9 h 57 min
    Permalink

    Ce projet me réjouit moi qui ne vibre que pour les craintifs, les cassés, les oubliés…je suis très impatiente de voir l’évolution de cette aile dédiée à la FBM, c’est une idée merveilleuse 🙂

    Pour tous ceux qui n’osent franchir le pas, peut-être par peur de ne pas réussir à les aider ou par peur de sortir de leur zone de confort, il ne faut pas priver ses chiens là de nos attentions. Ouvrez-leur votre porte, ouvrez-leur votre maison et ce que vous découvrirez vous surprendra à un point que vous n’auriez jamais pu imaginer 🙂 Parce qu’ils font ressortir le meilleur de nous même, qu’il nous place sous un jour nouveau et bienfaiteur, que chaque infime progrès sera votre victoire, que chaque bonheur que vous lirez dans leurs yeux de petit animal traqué sera un voile de douceur que vous conserverez comme un précieux trésor.
    Tous les galgos donnent sans aucune retenue mais les craintifs, eux, plus encore.
    Au fil des mois, j’ai vu ma chienne s’ouvrir à la vie, j’ai pleuré de joie de tous petits progrès qu’on pourrait qualifiés d’insignifiants, j’ai vu peu à peu le sourire envahir tout son être, j’ai regardé chaque jour de misère se gommer par des jours de douceur. J’ai aussi pris toute la mesure de nos petits tracas d’humains qui ne valent pas la peine qu’on s’y attarde quand on sait ce que, eux, surmontent. Moïra est une leçon de vie, donner autant après avoir vécu l’inimaginable, donner sa confiance une fois encore au risque d’être trahie à nouveau par les humains, quelle belle âme, quelle générosité.
    Je dis toujours à ma chère déléguée que c’est la chienne qui m’a sauvée non le contraire 🙂

    Répondre
  • 5 août 2017 à 9 h 38 min
    Permalink

    Ces images terribles encore et toujours….
    Ces regards qui transpercent le coeur…….J’ai mal….
    Super projet que celui qui va être mis en place…parce que c’est vrai que les chances sont minimes pour ces pauvres trauma qui pourtant méritent la douceur d’un foyer et le respect
    Pour l’instant pas possible pour nous d’ouvrir notre maison avec 4 chiens déjà…
    mais le jour où…. c’est déjà décidé..ce sera un moche, un trauma, un 3 pattes, un taulard un dont personne ne veut…
    et il deviendra pour nous le plus beau….
    Laissez votre route croiser la leur et vous écrirez une belle histoire……
    J’ai eu l’occasion de rencontrer Sevi (soit dit en passant mon mari qui a été un peu difficile à convaincre pour l’accueil de notre 4ème chien il y a un an a eu un coup de coeur pour elle…) c’est une jolie petite chienne toute douce et si nous pouvions……
    Bravo Odile et toute votre équipe pour votre investissement pour toute cette détresse

    Répondre
  • 5 août 2017 à 9 h 06 min
    Permalink

    Il faut lire :
    “Quand j’ai pu commencer” et non “Quand j’ai pu commencé”
    Pardon pour cette coquille…

    Répondre
  • 5 août 2017 à 9 h 03 min
    Permalink

    Souvenez vous d’Olympo… Il faisait partie d’une fratrie avec ANDALUZ, le beau barbudo, ils avaient servi à des gitans pour des paris clandestins. OLYMPO qui était très jeune avait passé le début de sa courte vie le museau pris dans des chaînes, enfermé dans le noir dans une grotte ou un taudis.
    Les bénévoles espagnols avaient signalé qu’il conservait de graves séquelles psychologiques et si je ne l’avais pas pris en accueil il restait sur le carreau alors que le reste de la fratrie remontait en France…
    A son arrivée nous avons effectivement constaté que ça n’était pas un joyeux luron…
    Il se faisait pipi dessus, se raidissait et s’aplatissait envahi par la peur, il allait se cacher dans le coin le plus sombre de la maison ou tournait en rond sans cesse le regard perdu, comme atteint d’une certaine forme d’autisme.
    Quand j’ai pu commencé à le lâcher dans le jardin avec une longe à ses trousses, il tournait, tournait, tournait…
    Je vous passe les détails de chacun de ses progrès et de la patience sur-dimensionnée dont j’ai dû faire preuve, c’était un sacré challenge et nous l’avons remporté !
    Car au bout de deux mois et demi OLYMPO a trouvé sa famille pour la vie.
    Sa Môman fait preuve d’une infinie douceur et elle a pris le relais dans la continuité de ce qui avait été mis en place pour aider OLYMPO à s’ouvrir sur le monde.
    Je peux dire aujourd’hui qu’OLYMPO est heureux, c’est ce qui ressort des photos que je reçois où il a colonisé le canapé, le lit de la jeune fille de la maison où il dort pelotoné contre elle. Il se promène en laisse posément, vient réclamer une petite gourmandise ( Mea culpa… ) et même s’il n’est pas le chien le plus détendu de la terre, il est bien, apaisé et heureux auprès de sa famille qui elle même profite de la chance d’avoir ce si beau et si attachant Galgo.
    ALORS OUI OUI OUI, ÇA VALAIT LA PEINE DE SORTIR OLYMPO, TRÈS CRAINTIF, DU REFUGE !!! Le résultat est bluffant et Odile a fait des heureux, chien et humains…
    Alors oui oui oui, si vous avez un peu de patience, de psychologie et d’amour à donner, choisissez un craintif, il vous offrira sa reconnaissance éternelle et un amour inconditionnel, bien plus fort encore qu’un chien bien dans sa tête et dans ses patounes.
    MERCI POUR EUX ! ILS LE VALENT BIEN !

    Répondre
    • 5 août 2017 à 14 h 44 min
      Permalink

      Tout à fait d’accord. J’ai adopté il y a 7 ans une galga trauma et ce fut un bonheur – malgré quelques moments épiques- de la voir évoluer depuis lors. Ma plus grande victoire, ce fut de la voir surmonter sa peur panique des enfants – j’ai 4 jeunes petits enfants bien drillés sur la manière de se comporter avec elle. Elle n’ira jamais vers eux mais se laisse caresser, ce qui était impensable il y a encore 3 ans. Maintenant elle a 13 ans – elle avait 6 ans à son arrivée – et bien que assez malade (IRC), elle arrive à se balader en ville, dans la foule, ce qui était inimaginable au début. Elle aime aussi se balader dans les bois (promenade quotidienne). Il reste un point noir: feux d’artifice et pétards (mais c’est vrai pour beaucoup de chiens mais c’est bien le seul. Alors j’ai trouvé la parade pour les pétards du Nouvel An: un séjour en Normandie dans un trou perdu avec des dunes et la plage pour les promenades.

      Répondre
      • 14 septembre 2017 à 15 h 53 min
        Permalink

        bonjour votre histire m a touché j’ai moi aussi adopte une galga en association il y a quatre mois grande trauma arrivee chez moi compliqué elle s’est refugiée dans la chambre pendant un mois je la fesait boire et manger dans la chambre je la trainait pour sortir dehors pour y faire ses besoins au bout dun mois j ai ferme la porte pour qu’elle n aille plus dans cette chambre elle a fini par se resigner a aller sur le canape avec mon autre chienne elle s’est bien adaptee a la vie en appartement joue mange participe a la vie mais reste tres tres craintive des que quelqu un arrive chez moi mon gros pb c est l exterieur un calvaire tout lui fait peur j habite en ville il faut bien que je la sorte faire ses besoins trois fois par jour elle se cabre tire au renard un sac poubelle un arbre un oiseau tout est catastophique et inimaginable avez vous des conseils a me donner les sorties sont devenues un enfer j ai peur qu elle se jette sur une voiture

        Répondre
    • 6 août 2017 à 14 h 47 min
      Permalink

      moi aussi j’ai eu un toutou comme Olympo quasi autiste certe ce n ‘etait pas un galgo mais un croisé B A enchainé oublié helas je ne l’ai gardé que 3ans il n’a pas beaucoup progressé et a eu un cancer du poumon En principe j’adopte toujours le plus handicapé et non le plus beau mais souvent je me demande aussi si il y aurait autant d’adoption si les levriers n’avait pas une telle prestance On adopte moins de Podencos que de galgos et pourtant ils souffrent aussi mais j’ai rencontré aussi des adoptants formidables pour ces toutous venus d’Espagne

      Répondre
  • 5 août 2017 à 8 h 55 min
    Permalink

    Une très belle initiative pour ces galgos qui, souhaitons le vivement, seront plus facilement adoptés. Comme tous ils ont droit à un foyer chaleureux et surtout au respect.

    Répondre
  • 5 août 2017 à 8 h 36 min
    Permalink

    bonjour odile super idée car tous le monde ne c’est pas adoptée un galgo trauma ce n’est toujours facile moi avec ma chienne j’ai reussi avec du temps a l’apprivoisée mais ce n’a pas ete rose j’ai souvent pleurer car je penser pas etre capable de m’en occupée j’ai eu de la chance d’avoir le soutient de vos délégués et de mon mari pour m”aider car pourtant j’ai des chiens depuis 30 ans sans souci de comportement et avec beaucoup d’amour et de patience et de l’observer j ai appris a la connaitre maintenant c’est de l’amour mais ce n’est pas fini encore souci avec l’exterieur mais on y arrive doucement et elle est accompagner par un autre chien et sa c’est tres important pour elle car elle c’est caler sur elle bravo pour tous ce que vous faite et je pense que les galgos trauma sortiront plus de cette enfer plus rapidement a bientot

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *