Les blablas de la présidente d’LSF/ Entre le marteau et l’enclume..

C’est la canicule en Espagne, la température frôle les 40 °, cette chaleur est très difficile à supporter dans les refuges autant pour les humains que pour les chiens.

Ils sont très nerveux, il suffit  d’un petit rien pour qu’une  bagarre éclate au sein d’une meute pendant les sorties, c’est la loi du plus fort et celui qui se retrouve à terre n’a que très peu de chance d’en sortir vivant si un humain n’intervient pas au plus vite.

Le pauvre Molly en a fait les frais, il s’est fait littéralement déchiqueter par ses congénères alors il est là à l’infirmerie pour ses soins car les blessures s’infectent rapidement l’été à cause des mouches et également parce qu’il est difficile de réintégrer dans une meute un chien qui s’est fait attaquer,  car il sera à nouveau la tête de Turc des autres et risque fort d’y laisser la vie.

Alors il faudrait le sortir en urgence mais voilà c’est un mâle et je n’ai pas suffisamment de familles d’accueil pour les mâles… mais je dois le laisser.

Et il n’y a pas  que lui, il y en a tant d’autres qui attendent désespérément qu’une main se tende.

Grisela me fend le cœur, je tourne, je cherche une solution pour elle, elle est paralysée, pauvre amour, son corps est couvert d’escarres, mais les vétérinaires de la FBM pensent qu’elle pourra peut-être remarcher un jour alors ils ne baissent pas les bras.

Je vous l’ai déjà dit, c’est comme ça là-bas, chaque vie compte et tout est mis en œuvre pour les sauver.

Et Paquita arrivée au refuge avec une terrible blessure, une noiraude au museau blanc le genre dont personne ne veut… Pareil je ne sais pas si je vais la prendre en charge, pourtant je le devrais…

Oui, c’est tellement facile à dire, vous devriez faire ceci, vous devriez faire cela, mais on fait avec les moyens du bord comme on peut mais certainement pas comme on veut.

Et la pauvre Delfa pour laquelle j’ai annulé ma réservation quand Rocio m’a dit qu’elle était positive à la leishmaniose, c’est tellement compliqué pour les faire adopter en plus elle est noire alors je culpabilise mais je ne l’oublie pas, elle est là dans un petit coin de ma tête, on verra…

ET Rayo le taulard ,pauvre galgo, il purge 2 ans de refuge et on vient d’apprendre qu’il est également atteint de cette maladie si courante en Espagne, alors je suis à deux doigts de faire comme pour Delfa, de le laisser tomber comme une vieille chaussette car il va croupir ici dans une de nos familles d’accueil, comme les craintifs, il va prendre la place d’autres qui resteront du coup au refuge…

Et en plus il n’est pas compatible avec les chats et j’ai tellement peu de familles d’accueil sans chats et qui acceptent de prendre des mâles, je les compte sur les 5 doigts de ma main, alors comment faire, j’ai toujours la conscience entre le marteau et l’enclume.

Quel dilemme, quel crève-cœur de devoir faire des choix et de laisser sur le carreau les plus nécessiteux, ceux qui ont tant souffert et qui pourtant paient le plus lourd tribut.

Ce n’est pas juste et ce n’est pas de la vraie protection animale

Véro, notre déléguée Suisse, est à la FBM en ce moment pour répertorier les taulards et les pauvres malheureux, et il y a de quoi faire.

Allegreta a une fracture de la hanche, il paraît qu’elle est mignonne mais c’est une poilue, vous savez un peu barbuda, j’en ai une comme ça et les gens n’aiment pas, on a du mal à les faire adopter.

Je sens bien le dédain à peine caché  quand ils voient  la mienne qui est amputée en plus, oh c’est moche, oh je n’aime pas, je l’ai entendu tellement souvent… Ça sort comme ça, ça vient du cœur et moi, ça me fait de la peine à chaque fois, pour elle.

Et si chez nous les humains il n’y avait que les beaux, les minces, les intelligents qui aient le droit au bonheur et à la vie … Allez du balai tous les autres, eh bien, il n’y aurait plus grand monde sur cette planète !!

De toute manière tout tourne autour de la beauté « oh celui-là, il est beau » « oh celle-là qu’elle est mignonne », beauté et sociabilité, attention ça va de pair.

Les autres, ils s’entassent dans les refuges, et nous assistons impuissants à cette terrible et injuste discrimination.

C’est ce qu’on appelle de la protection animale et ça me donne envie de gerber parce que moi, je n’y  suis pas à ma place dans cette protection animale là, celle qui est dictée par notre société de consommation.

Quand je vois qu’en novembre 2016 j’ai voulu donner la chance à deux pauvres galgas très craintives qui étaient au refuge depuis plus d’un an et qui n’avaient pratiquement aucune chance d’en sortir et qu’elle sont encore dans nos familles d’accueil , je suis révoltée.

Laitris et Célia sont devenues  les taulardes d’LSF !! Et elles sont belles alors imaginez si elles étaient moches !!

Les deux cumulés on peut remballer !!

Personne n’en veut, que voulez-vous que je vous dise ?

Sauver un galgo OUI, mais les trois quarts du temps il nous faut livrer du clé en main, du beau, du sociable, du pas trop grand suivant la taille de la bagnole ou de l’appartement, du joueur pour les gosses, du qui ne se sauve pas, du qui revient au rappel , du qui n’aboie pas même à l’extérieur à cause des voisins, du qui reste seul pendant 10 heures, et j’en passe et des meilleures…

Désolée pour ceux que je vais encore écorcher, mais j’avais besoin de vider mon sac, les blablas sont faits pour ça.

La PA, il faut la vivre de l’intérieur pour comprendre tout ça, si vous saviez !

Au fait machin ton clin d’œil tu peux te le mettre ou je pense !!

ça c’est un p’tit message perso, il se reconnaîtra machin .

RIP !!!

11 pensées sur “Les blablas de la présidente d’LSF/ Entre le marteau et l’enclume..

  • 14 juin 2017 à 6 h 36 min
    Permalink

    C’est très compliqué en effet et je comptais car ça me fend le cœur de voir tant de malheureux qui souffrent… j’aimerais tant pouvoir faire plus, en prendre un de plus, un de ceux que personne ne veut mais ma famille n’est pas d’accord. Trois chiens est le maximum autorisé… je suis impuissante, alors je fais des dons pour compenser mais je sais bien que ça ne suffit pas.

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 19 h 07 min
    Permalink

    Moi j’ai adopté « CLARITO » le « sans domicile » ! il est gros, sans couleur bien définie, si je ramasse tous les poils qu’il perd chaque jour je n’en n’ai pas pour longtemps pour faire un matelas pour notre lit à deux places ! et en plus il lui manque une patte ! comme a dit quelqu’un à ma fille : « mais comment elle a pu adopter un chien comme ça ! » Elle voulait sans doute dire : une horreur pareille !!!
    C’est devenu mon Billy d’amour, je ne peux pas faire un pas sans qu’il soit derrière moi. Il sait à chaque minute du jour ce que je vais faire, il est très gentil avec la petite Mari la podenco chiante ! elle mange dans sa gamelle …… Mais attention maintenant il est « chez lui » et il a une maîtresse alors pas question de plaisanter ! Il a son jardin privé et il se fait des places à l’ombre sous les arbuste, mais toujours tourné de façon à voir ce que je fais !
    Ce n’est pas la beauté physique qui compte mais la beauté du cœur et lui il a un cœur énorme plein de reconnaissance.
    Comme petite Mari qui se sent si bien chez elle qu’elle ne veut pas sortir des limites de la propriété et qui a un amour inconsidéré pour son maître ! Elle passe la tondeuse avec lui …. elle le suit, quand il tourne elle aussi …. quand il retourne elle aussi ! C’est à mourir de rire elle marche au rythme de la tondeuse. Merci Odile.

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 18 h 50 min
    Permalink

    comment vous dire? Je n’ai à la maison que des galgos (humm, un peu grey aussi ..) noirs: une femelle ( une de celle que l’on nomme mères courage) et deux mâles dont le petit dernier, vous le connaissez, Mimo que nous avons accueilli en Novembre et adopté depuis. Comment vous dire que nous ne nous lassons pas d’admirer leur allure, brillants au soleil, certes le masque blanc qui s’installe peu à peu ( mes plus vieux ont 10 ans) mais celà leur donne encore plus de douceur. Je vous assure, blanc, beige, barbudos, bringés, et qui plus est noirs, nos lévriers comme tant d’autres êtres doués de sensibilité ont autant d’amour et de tendresse à donner peu importe la couleur alors pourquoi détourner le regard de ceux qui une fois de plus comme d’autres ne sont pas nés de la bonne couleur?…..

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 18 h 24 min
    Permalink

    Vous avez raison, tous ces pauvres chiens ont davantage besoin de vous que de « Chevalier Bayard » qui s’evertuent à coups de sous – entendus à dénoncer des trucs soit disant pas jolis jolis .
    Est ce déduire que vous ne sauvez que le haut du panier alors que d’autres associations n’hésitent pas à proposer des galgos mais aussi du « tout-venant » ?
    Nous n’avons pas besoin d’elle pour avoir notre libre arbitre ………c’est insultant !
    CHEVALIER BAYARD :
    Il se dit « sans peur et sans reproche », le chevalier Bayard (1476 – 1524). N’importe qui d’autre affirmerait ce genre d’ânerie passerait pour un mauvais vantard, mais quand c’est le chevalier Bayard qui le dit, ça va, ça passe. Il faut dire qu’il incarne à lui seul l’idéal de la chevalerie médiévale: bravoure, courage, piété et tutti quanti.

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 14 h 29 min
    Permalink

    Ne manquerait-il pas une éducation à parfaire au sujet des lévriers ? (et précisément bien entendu sur le galgo).
    Pourquoi le martyrs des galgos a fait surface au grand jour et ce grâce à une anglaise préoccupée au départ par le sort des grey importés en Espagne pour augmenter les performances à la course des galgos en mixant les races ?
    Un peu d’histoire sur leurs origines, leurs qualités spectaculaires (physiques et psychologiques) ?
    En effet, tous les lévriers sont à l’origine des chasseurs et pas n’importe quelle chasse : panthère, loup, gazelle, sanglier, petits gibiers ….
    Le « lévrier » n’est d’ailleurs pas une race mais une catégorie de chiens dans laquelle on retrouve largement plus d’une vingtaine de races (reconnues, sinon ils sont encore plus nombreux).
    La race galgo ou lévrier espagnol a d’ailleurs failli disparaître d’Espagne où elle est endémique comme la plupart des races de lévriers.
    Car nos galgos sont loin d’être « purs » :-; et ont été mixés au petit bonheur la chance par des chasseurs qui ne souhaitaient qu’ajouter de la vitesse aux qualités chasseresses exceptionnelles du lévrier galgo.
    Je trouve normal que des élevages se créés afin de perpétuer cette race en voie de disparition. Mais je suis interloquée par le fossé qui existe entre les puristes de ladite race et les adoptants rescue !
    Par exemple les barbudos (ceux qui ont un poil dur) sont appréciés des chasseurs car ce poil les protège mieux des blessures occasionnées par leur course folle au travers des broussailles. Ce n’est donc pas une question d’esthétique mais de praticité et je dirais presque d’intelligence génétique !!!! Ensuite la couleur noire qui est prisée dans les concours de beauté ….
    Et oui leur masque blanchit rapidement et forcément cela paraît mieux sur du noir, mais le chien se regarde dans son ensemble. Sa silhouette, sa majesté, sa grâce. Quant au caractère ! c’est une merveille de douceur, de tendresse et de fidélité. Et que dire des craintifs qui une fois le lien tissé communique avec vous par des codes réciproques dont vous et lui avez le secret. C’est magnifique et envoûtant.
    Mon point de vue ne pas certainement pas plaire, j’ai abordé des sujets tabous tels « chasseur » et « élevage ». Mais la vie n’est pas noire ou blanche, il faut de tout pour faire un monde….. de galgos et certains chasseurs espagnols sont respectueux de leurs chiens et fiers de la race gaglo. En France le sort de certains chiens de chasse n’est pas exemplaire non plus. Mais ce n’est pas le sujet que je souhaite aborder ici.
    Pour moi un lévrier de part son statut de « lévrier » est une merveille ….. j’aime le galgo comme on devrait aimer toujours, c’est à dire sans restriction.

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 14 h 08 min
    Permalink

    La beauté ne compte pas c’est le regard qui touche je ne peux pas concevoir qu’on ne puisse pas donner d’amour à tous ses tolards à ceux qui sont noirs ou handicapés .
    Ils ne se plaignent pas de leurs souffrances nous les humains si . Adopter un galgo c’est lui donner l’amour d’une famille un toit sur la tête les câlins la douceur les réconforter quand ils ont peurs c’est comme un enfant il faut le réconforter et s’en occuper comme il se doit
    Quand on regarde Lauren il a quelque chose dans son regard qui donne envie qu’on le prenne dans les bras lui murmurer des mots doux lui faire oublier son passé et lui donner notre cœur il fait partie de ma vie depuis le début ou il a été recueilli c’est peut être difficile de comprendre ça mais mes pensées mon cœur sont jour et nuit avec lui je voudrais qu’il fasse partie de ma vie car j’ai beaucoup à lui donner . Je vais en parler avec mon mari et je reviens vers vous .
    Bon courage à vous toutes car c’est une période difficile pour ces chiens mais dites vous que vous faite le maximum pour eux . Aujourd’hui ma fille et moi nous remplissons notre carte d’adhérent et aussi pour avoir l’occasion de vous connaître le 16 Juillet beaucoup de câlins à vous les galgos et à toi Lauren je te dis je t’aime et merci à vous pour vos blablas

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 11 h 38 min
    Permalink

    A la maison, nous avons choisi : des chiens en accueil, plutôt que des humains!! Vous imaginez!?!? Et oui en accueil, nous avons eu un grand Terri, 73 cm, et oui j’ai une petite voiture mais il rentrait dedans. Puis nous avons adopté Mikel, encore un grand (72 cm) et noir avec en plus quelques poils blancs, il fait un peu papy mais n’a que 3 ans, cerise sur le gâteau il serait peu être positif (en attente arrivée du test chez le véto car notre région n’est pas encore concernée par la leish)! Pour autant pas de retour à la case départ. Et nouveau challenge pour nous : accueil d’une pseudo craintive Sissi, qui ne remue pas la queue quand on l’appelle ou la caresse au contraire, et ben ce n’est pas grave, elle est choyée et on l’aime! Comme nos enfants qui sont chiants de temps en temps, voire même souvent, je ne les ai pas mis à la porte (c’est qu’ils ne sont pas majeurs!!!! IT’S A JOKE). Quand on veut faire une bonne action, on la fait de bon cœur ou on passe son chemin sans faire les grenouilles de bénitier! Signé une râleuse au grand cœur!

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 9 h 39 min
    Permalink

    Quelle tristesse…moi qui ai une noiraude au museau grisonnant…un trauma mâle que personne ne peut approcher, sauf moi…un croisé galgopod noir, mâle, lui aussi…et je viens de perdre ma Noune, d’un cancer du foie, je venais de l’adopter en octobre, une mamy de onze ans, encore une noiraude, je voulais lui donner une belle fin de vie et finalement elle n’aura eu que six mois, sur onze ans c’est bien peu 🙁 ; alors la place qu’elle a laissée vacante, elle est réservée pour les accueils…déjà la deuxième que nous prenons et qui est adoptée….mais oui, à chaque fois ce sont de belles petites femelles…je suis obligée d’équilibrer et d’accueillir à chaque fois une femelle, vu que j’ai déjà à la maison une femelle et deux mâles…et deux chats également, alors oui c’est restreint…et comme de plus je suis locataire je suis restreinte dans le nombre aussi…on ne fait pas toujours ce qu’on veut malheureusement, sinon moi je prendrais tous les moches, tous les traumas…

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 9 h 07 min
    Permalink

    Wouah ! c’est l’époque « vide-greniers » et Odile vient de vider le sien ! lol..un bien fou !
    Les conditions de certains adoptants sont choquantes ! Que le chien soit moche,poilu, grisonnant,portant les stigmates de son passé, amputé….qu’est-ce que çà peut bien faire ! C’est le sauvetage qui compte, c’est le choix du coeur !! Si j’étais dans la possibilité d’adopter mon choix est fait ; Lauren et Endika !!

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 9 h 01 min
    Permalink

    Oui c’est tellement frustrant Odile…. En plus c’est toi qui est confrontée à ces choix, aux exigences des adoptants… Je ne comprends pas que, lorsqu’on décide de SAUVER un chien, on puisse encore choisir.
    C’est toi et ton équipe qui devrait placer les chiens, tel chien dans telle famille parce que tu sais qu’il y sera bien avec leur façon de vivre. Odile, il y aura une place chez moi dès le 23 juillet pour un mâle, moche, craintif et qui n’aime pas les chats et je le garderai le temps qu’il faudra. J’hésite beaucoup à adopter une troisième chien (mâle vu qu’ils ont de la peine à être adopté) mais si je le fais je ne pourrai plus être famille d’accueil.. Je ne peux pas avant malheureusement…. Et cela me fait mal surtout quand tu nous rappelles combien la vie est rude pour eux, même s’ils sont en sécurité dans un refuge.

    Répondre
  • 13 juin 2017 à 8 h 38 min
    Permalink

    Oui, la vie est terrible et la PA aussi; c’est vrai, on pourrait s’interroger sur l’existence des moches, handicapés, blessés etc parmi les humains, car l’humain n’est qu’un animal parmi d’autres
    Pauvres chiens condamnés à la fournaise de l’été dans les refuges surpeuplés…on ne sait plus quoi faire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *