L’abandon n’est pas un acte anodin, fidélité, amour et respect, c’est ce que vous devez promettre à votre chien lorsque vous l’adoptez..

Ce geste que vous pensez si anodin…

C’était en 2013, notre caniche vieillissante, mon mari acceptait de franchir le pas et d’adopter un galgo. J’attendais depuis 2 ans cet instant.

Peu m’importait qu’il soit blanc, noir, jaune ou vert, le but était pour moi d’avoir un galgo alors j’ai laissé mon mari choisir.

Ce ne fut pas notre 1er choix mais qu’importe, notre adoption s’est portée sur LOLA (c’est ainsi qu’elle s’appelait) une galga dont le regard a littéralement envoûté mon mari.

Elle semblait regarder si loin, si loin de tout ça, si loin devant…

Après avoir rehaussé toutes les clôtures, nous partions la chercher 15 jours plus tard et la renommions LONA

Durant les nuits de la semaine qui a suivi, LONA a tourné inlassablement en rond en pleurant dans la pièce à vivre.

J’avais beau faire, j’avais beau dormir au rez-de-chaussée, elle tournait et tournait encore, les yeux hagards. Puis, petit à petit, sa peine, son angoisse… se sont estompées, et au bout d’un mois LONA dormait enfin du sommeil du juste, et il faut bien le dire… moi aussi.

(Le regard de LONA un mois après que nous l’avons adoptée.)

Malgré tout, il manquait quelque chose. Enfin,… il ME manquait quelque chose : elle restait discrète, indépendante et j’oserai dire éteinte : elle était certes contente de nous voir mais elle ne courait pas à fond comme savent le faire tous les lévriers et ne jouait pas non plus. Il faudra attendre presque 6 mois pour qu’enfin elle ose se lâcher un petit peu, un tout petit peu.

Par la suite, à la fin 2013, au cours d’une animation, j’apprenais par les délégués de région que LONA était en fait « un retour ». Ses précédents adoptants avaient, paraît-il, divorcé, et aucun d’entre eux n’avait voulu la garder….

D’un seul coup d’un seul, tout s’expliquait : sa détresse du 1er mois, son indépendance, son appréhension à faire les choses. En résumé : son manque de joie de vivre

Mais, à bien y réfléchir, LONA était passée dans tellement de mains : celles de son galguero, celles du refuge, de sa première famille d’accueil, de ses adoptants, de sa 2e famille d’accueil et enfin… dans les nôtres.

Comment pouvais-je lui demander un amour inconditionnel alors que tant de personnes étaient passées dans sa vie ?

Vous qui lisez ce texte, comment l’auriez-vous vécu et comment vous seriez-vous protégé ?

LONA, elle, avait choisi l’indépendance. Elle n’était pas craintive, ni même peureuse, elle n’était pas fugueuse. Elle était juste… indépendante, c’est-à-dire que votre présence ne lui était pas indispensable. Elle pouvait passer la journée dehors sans venir vous voir alors même que ses copains étaient tous le contraire, même eux ne lui étaient pas indispensables.

Puis en 2014 nous avons adopté notre 2e galgo, ASLAN un grand timide tout cassé. LONA l’a donc guidé et lorsque ce grand gaillard a compris qu’il était aimé et que plus rien ne lui arriverait il est devenu un vrai pot de colle, une glu sans cesse en quête de câlins, de contacts.

Aujourd’hui où nous sommes, il est…

Alors tout naturellement, au fil des semaines, des mois, puis des années, ASLAN et LONA sont devenus de véritables soutiens l’un pour l’autre. LONA aide ASLAN à surmonter ses peurs mais ASLAN montre à LONA tout ce à quoi elle peut prétendre…, tout l’affectif de notre relation

Petit à petit les liens se sont tissés entre eux et au final… entre nous

Aujourd’hui nous avons une galga espiègle, heureuse, et d’une tendresse que nous n’aurions jamais soupçonnée, mais il aura fallu attendre 3 ans.

J’ai souhaité faire cet article pour finalement dire à toutes ces personnes qui nous ont rendu leur galgo ou leur galga

    Que non, cet acte ne sera jamais pour leur bien contrairement à ce que nous avons pu entendre

    Que non, ce n’est pas un geste anodin, un mauvais moment à passer pour l’animal

    Que non, il ne s’en remettra pas et qu’indéniablement il sera marqué

Ce que nous qualifions de « retour » n’est en fait ni plus ni moins qu’un abandon, l’abandon d’un être qui croyait en vous, l’abandon d’un être qui n’avait que vous…

Alors avant d’adopter, quel que soit l’animal, demandez-vous d’abord,

    S’il n’est pas tel que vous l’avez imaginé,

    Si vous divorcez,

    Si vous rencontrez quelqu’un,

    Si vous voyagez,

    si…

le garderez-vous ?  envers et contre tout ?

Si vous ne pouvez leur donner votre respect, votre fidélité et votre amour jusqu’à ce que la mort vous sépare alors passez votre chemin

Pour ma LONA

Témoignage de Nathalie déléguée LSF

https://www.levriers-sans-frontieres.com/charte-dethique-de-levriers-sans-frontieres/

19 pensées sur “L’abandon n’est pas un acte anodin, fidélité, amour et respect, c’est ce que vous devez promettre à votre chien lorsque vous l’adoptez..

  • 28 novembre 2017 à 21 h 17 min
    Permalink

    Votre article me touche énormément, mais malheureusement combien y a t’il de personne qui continue de faire ce genre de chose en prétextant toutes les excuses possibles et inimaginables ? Pour moi lorsqu’on décide d’avoir un animal c’est pour la vie. C’est un être vivant beaucoup de personne me traite de folle parce que j’accorde plus d’importance à un animal cas un être vivant et mon fils est comme moi, il ne comprend pas qu’on puisse être aussi cruelle avec un animal.

    Répondre
  • 2 juin 2017 à 8 h 57 min
    Permalink

    merci de cette qualité d’écriture qui exprime si bien la réalité. Aujourd’ui on prend, on jette! Les sociologues évoquent la génération Z. Mais comment être certains des adoptants???
    Pour ma part adopter un animal c’est comme adopter un enfant (au risque de choquer), c’est pour la vie.
    Continuez àà vous battres pour eux et nous adoptants sincères (Minie vous « bénit » chaque jour depuis bientôt 2 ans. Merci!

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 13 h 43 min
    Permalink

    Merci Nathalie pour ce magnifique témoignage. Lionel et toi vous êtes des personnes formidables. Vos deux loulous sont maintenant heureux, équilibrés et surtout confiants.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 11 h 11 min
    Permalink

    Quelle merveilleuse histoire Nathalie. J’espère que vous me reconnaitrez si je vous parle de Rosy. Je sais de quoi vous parlez puisque j’ai été au cœur de l’histoire. Mais je suis revenue à l’Association et j’espère vous revoir un jour dans le cadre d’une vraie adoption. Prenez bien soin de vous, de votre famille et de vos loulous.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 10 h 58 min
    Permalink

    Témoignage tellement vrai et ce, pour TOUS nos cœurs sur pattes! Ma petite espagnole qui est ce que j’appelle « une croisée-porte fenêtre-coin de trottoir » est arrivée en septembre 2009 et malgré la présence de ses trois autres potes n’a vraiment commencé à s’ouvrir qu’en 2015! Aujourd’hui encore elle continue à progresser et ce n’est que du bonheur!

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 10 h 02 min
    Permalink

    Témoignage efficace mais ces mots atteindront-ils les profondeurs de l’âme des futurs adoptants ?
    S’ils peuvent faire réfléchir et sauver au moins un Galgo ça sera déjà une victoire…
    Bravo et merci Nathalie !

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 9 h 23 min
    Permalink

    Très beau témoignage. J’ai du attendre une année pour que mon premier galgo sorte de son mutisme, et trois ans pour que ma galga s’ouvre vraiment à la vie. Mais que de magnifiques moments lorsqu’ils s’autorisent à faire des choses qu’ils n’ont jamais osé faire.
    Ces adoptions ne sont que du BONHEUR.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 9 h 19 min
    Permalink

    Bravo et merci beaucoup pour ce magnifique témoignage ! C’est notre 2ème adoption et effectivement il faut accepter la crainte, la méfiance, la timidité, la tristesse, des premières semaines, des premiers mois voir des premières années. Il faut les accepter avec leur passé et au fil du temps les progrès arrivent et nous procure que du bonheur ! La séparation d’un animal après quelques années pour des raisons de déménagement, de divorces, de changement de travail,etc…est inadmissible ! Toutes ces excuses sont de mauvaises excuses ! Bravo à toutes les adoptantes et adoptants !

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 9 h 18 min
    Permalink

    Témoignage tout simplement « magique » mais bien réel !!! Cruel de vérité mais si doux !!! Il est vrai que l’adoption ne peux pas être un loisir éphémère qui lasse un jour … c’est un engagement pour la vie !!! Mais combien se fichent de l’âme d’un animal !!! Attention à ceux là car l’histoire a enseigné que les femmes n’avaient pas d’âmes … que les noirs n’avaient pas d’âmes … et aujourd’hui qu’en est il ??? A tous ceux la… posez vous les bonnes questions !

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 9 h 11 min
    Permalink

    Bravo Nathalie pour ce magnifique témoignage ,l homme oublie ou ne sait pas ou ne cherche pas a comprendre que les animaux grands ou petit comprennent tous ce que nous disons ,faisons envers eux ALORS OUI IL SAVENT QU ILS VONT ENCORE ÊTRE A BONDONNE AVEC TOUTES LES ÉMOTIONS QUE NOUS HUMAINS POUVONS RESSENTIR A CE MOMENT PRÉCIS.
    merci Nathalie.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 9 h 02 min
    Permalink

    Ah si tous les adoptants pensaient et réagissaient comme vous …. merci pour ce beau témoignage Nathalie.
    Magnifiques adoptions.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 8 h 57 min
    Permalink

    Magnifique message qui, je l’espère, fera réfléchir pas mal de personnes qui adoptent et ensuite se débarrassent.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 8 h 49 min
    Permalink

    Un beau témoignage ! L’adoption d’un chien, ou autre animal d’ailleurs, doit être un acte réfléchi…Tous les aléas de la vie doivent être mis en balance….pour que le chien ne soit pas lésé ! L’adoption ne soit pas être qu’un coup de folie. Nous nous engageons,et le promettons au chien, de le soigner le chérir et qu’il fera parti intégrante de notre vie….et surtout respecter cet engagement quoi qu’il arrive et jusqu’au bout face à son vieillissement ses maladies ! D’autant plus pour un galgo qui, dès son âge, est cassé par son galguero !!Il lui faut du temps pour s’habituer à sa nouvelle vie et du temps pour redonner sa confiance à l’humain. Merci pour l’Amour que vous donnez à ces galgos !

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 8 h 15 min
    Permalink

    Voilà encore un très beau témoignage. C’est bien de laisser de temps à autre, carte blanche à des adoptants qui viennent nous raconter leur adoption.
    Celui de Nathalie nous prouve, une fois de plus, que la route est longue pour gagner la confiance des galgos.
    Et il montre bien qu’ils ne peuvent pas passer de maison et maison, d’humains en humains, d’un simple claquement de doigt. Il leur faut du temps, et il faut donc de la patience pour les amener sur le chemin de la sérénité.

    Merci Nathalie pour tout cet amour que vous donnez à Lona et Aslan.

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 8 h 07 min
    Permalink

    Magnifique Nathalie. Vous avez trouvé les mots. Oui, ils souffrent de l’abandon… ce qu’a vécu Lona trop d’autres loulous le vivent… et nous avons beau tout faire pour leur faire oublier, rien n’y fait … ils sont tristes … réellement tristes… et En plus ils passent encore par une famille d’accueil car quand les gens ne veulent plus d’en chien c’est tout de suite qu’il faut le reprendre …
    merci pour ce témoignage qui j’espère fera réfléchir …

    Votre Lona est magnifique …

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 7 h 28 min
    Permalink

    beau message qui donne a réfléchir sur les capacités de chacun a assumer la promesse que nous leurs faisons de les aimer jusqu’au bout de leur vie::::Lona est superbe

    Répondre
  • 1 juin 2017 à 7 h 05 min
    Permalink

    Un magnifique témoignage que bien des personnes devrait lire. Bravo pour votre patience.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *