Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 07:20

Pleure pas, Léonard, pleure pas,

j'ai entendu ta voix, j'ai vu ton regard et je t'ai promis de te sortir d'ici...

Pleurez pas, vous les noirs, vous les taulards...

Je vous ai tous vus, je vous  ai tous entendus, au point que je n'en dors plus, au point que j'en fais même des cauchemars.

Pleure pas, Léonard, je te l'ai promis cette nouvelle vie et j'ai compris ce fameux jeudi soir que je ne pourrai plus jamais entrer dans le hangar si je ne tenais pas la promesse que je vous ai faite de tous vous sortir d'ici,  vous les sans-espoir..

Je sais, Léonard, tu es un bon galgo, je sais que ça fait plus d'un an que tu croupis ici et j'aurai tant voulu être celui qui a pris cette photo comme pour ne jamais oublier ton regard.

Pleure pas, Léonard, je sais mieux que personne que tu n'as rien fait pour mériter cela, tu es juste un galgo noir et tu dois aujourd'hui en payer le prix

Je sais, Léonard, je sais que tu es doux comme un agneau, je sais tout ça, que tu t'entends parfaitement avec les chats et avec tes copains chiens, c'est juste des humains dont tu as encore peur ...

http://www.levriers-sans-frontieres.com/pages/chiens-en-espagne/les-galgos-qui-n-ont-plus-d-espoir.html

Et je te comprends si bien....  À bientôt, merveilleux galgo.

C’était lors de mon dernier voyage en Espagne en avril, je ne peux pas expliquer ce qu’il s’est passé, mais j’ai été bouleversée plus que les autres fois.Quand on arrive pour la première fois à la Fondation Benjamin Mehnert on est agréablement surpris par le calme qui y règne, on peut même dire que c’est joli…

Ça, c’est la première impression...

Alors on longe tranquillement cette allée principale, il y a de grands paddocks extérieurs, où quelques chiens s’ébattent, pas forcément des galgos, alors on s’arrête pour caresser les museaux de ceux qui viennent nous solliciter. Puis on rencontre les employés, qui s’affairent durant toute la journée, ils sont aimables et ne manquent jamais de nous saluer. C’est très grand ici et le travail ne manque pas.

On est ici dans le plus grand centre de récupération de galgos du sud de l’Espagne, ils étaient près de 800 cet hiver.

Puis on passe devant l’infirmerie, et là un regard suffit et le ton est donné. C’est le bal des cassés, alors bien sûr on se précipite à leur rencontre, celui-ci avec une patte fracturés, celui-là avec le corps recousu tout entier, il ne faut pas demander : il s’est fait attaquer par les autres chiens.

Oui, c’est comme cela dans les refuges, c’est la loi du plus fort, c’est la faute à la promiscuité.

Et puis il y a cette immense porte verte qui commence à rouiller, et on entend des aboiements plus ou moins forts, plus ou moins hurlants, tout dépend du moment de la journée, parfois c’est calme, parfois ça l’est moins, parfois c’est terrifiant, la première fois c’est traumatisant.

Quand on pousse la porte, il y a les chenils extérieurs, un à droite, un à gauche,

alors on s’y enfonce et on commence à comprendre qu’une bagarre peut très vite éclater, pour rien juste parce que l’on passe, alors il ne faut pas trop s’attarder.

On continue notre chemin sans savoir ce qui nous attend dans ce grand hangar, et là les hurlements des chiens deviennent terrifiants, on ne s’entend plus, on est obligé de hurler comme eux pour se parler.

Alors on s’avance avec une grosse boule au ventre et on longe les allées, il y en a 6 au total avec des box de chaque côté. Des galgos, en veux-tu en voilà, certains se jettent sur les grilles, d’autres se cachent dans leur panier en plastique parce qu’ils sont terrifiés, d’autres restent stoïques parce qu’ils sont habitués et qu’ils n’espèrent plus rien.

Ce sont ceux que j’ai appelés les taulards, ceux qui purgent de lourdes peines, souvent parce qu’ils sont noirs ou traumatisés par leur lourd passé de maltraitance, certains sont là depuis plus de deux ans, ils sont du cru 2014.

Mais cela on ne le sait pas la première fois, lorsque l’on rentre dans le hangar, non, on n’imagine pas que certains chiens vivent ici depuis des années.

Ils ne manquent de rien, ils mangent à leur faim, même trop puisqu’ici la nourriture est en libre-service afin d’éviter les conflits, alors ils grossissent, ils n’ont que ça à faire : manger et attendre l’heure de la récré, c’est le matin lorsque les employés arrivent avec leur jet pour nettoyer et désinfecter.

Tout est bien organisé, bien orchestré, la machine est bien huilée, les groupes sont formés et c’est chacun à son tour, toujours dans les mêmes paddocks, impossible ici de se tromper, impossible de les mélanger, ce seraient des bagarres assurées.

On évite d’y aller dans ces moments-là afin de ne pas gêner l’organisation des employés.

Je voudrais vous faire sentir l’angoisse de la première fois pour que vous compreniez ce que vivent ces chiens qui y sont enfermés depuis des années.

Quand on ressort du hangar on n’est plus pareil, la tête tourne, on a envie de vomir parfois, on est vidé, on pleure souvent et on se dit que rien n’y fera, que notre combat ne sert à rien, qu’on ne pourra jamais venir à bout du terrible martyre de ces chiens.

On se dit qu’on est si petit, on a presque envie de baisser les bras et puis on se dit que non, il ne faut pas les abandonner, on se dit qu’on va y arriver…

Voilà, bienvenue dans la prison dorée de ceux qui n’ont pas eu la chance d’être bien nés, soit bringés avec une taille de guêpe, soit sociables parce qu’ils n’ont pas été martyrisés ; non, ne vous y méprenez pas : ceux-là ne resteront pas, ils seront très vite réservés par les associations parce que très facilement adoptables, il y a de la demande pour ces galgos-là.

Mais les autres, les noirs, les mâles, les traumatisés, ceux-là vont payer le prix fort d’être mal nés, ils vont purger de longues peines.

Ceux-là vont morfler une deuxième fois, quelle ironie du sort quand on sait qu’on est là pour venir en aide aux galgos maltraités, pour dénoncer leur martyre.

Oui, ironie du sort : ce sont justement ceux-là que nous condamnons.

Ceux-là qui seront sacrifiés au nom de la « demande du marché ».

Ceux-là qui seront privés de liberté parce qu’ils ne correspondent pas au stéréotype souhaité par la majorité des candidats à l’adoption.

Nous sommes tous responsables du drame qui se joue là !!

C’est un cri du cœur que je lance aujourd’hui, un appel au secours, pour les taulards de la fondation Benjamin Mehnert.

Depuis mon dernier voyage en Espagne, ils hantent mes nuits, et c’est comme si j’avais aujourd’hui le devoir de les sortir de leur mouroir.

Non, le mot n’est pas trop fort, ils se meurent dans ces longs couloirs, ils se meurent de désespoir…

Certes ces galgos ne manquent de rien puisqu’ils sont nourris, à l’abri des coups et de toute forme d’humiliation, mais ils sont privés de liberté depuis des années

Ils croupissent dans les longs couloirs du hangar et sont devenus invisibles pour les associations partenaires de la fondation, au grand désespoir de tous les protecteurs qui y travaillent et qui croisent ces regards perdus chaque jour et depuis des années.

Non, sur ces photos vous ne verrez pas de sang, pas de fractures, mais leurs blessures sont à l’intérieur, celles de l’âme que vous ne voyez pas, celles qui sont invisibles.

J’ai fait une promesse à ces galgos, celle de tous les sortir d’ici et en aucun cas je ne pourrais aujourd’hui leur tourner les dos.

Les quelques nuits que nous avons passées à la FBM ont été un véritable cauchemar, ils hurlent toute la nuit, et le matin certains sont amenés à l’infirmerie, ensanglantés.

Rocio, la responsable du refuge, m’a remis la liste de tous ces condamnés à perpétuité, de ceux qui sont arrivés en 2014.

Chaque fois que j’y vais je leur donne la priorité, mais le problème, c’est que nous ne pouvons pas tous les réserver parce qu’en France nous avons beaucoup de mal à les faire adopter.

Ils ne sont pas prisés à l’adoption, les mâles noirs et de surcroît traumatisés ou timides.

Bien souvent ils vont rester de longs mois en famille d’accueil, on en a un en ce moment que personne ne regarde, un ancien taulard, Moreno, il est arrivé en janvier…

http://www.levriers-sans-frontieres.com/album/moreno/

Alors il m’est venue une idée, et nous en avons parlé avec Rocio : les mettre en avant, parler d’eux et surtout sensibiliser les associations partenaires de la FBM.

Refaire des photos, refaire les tests chats, refaire une évaluation comportementale, en gros les remettre au goût du jour, un peu comme quand on ressort un vieux stock, on dépoussière, on astique pour appâter le client !!

Pathétique, mon humour, non ?

Peut-être… mais rien ne sert de pleurnicher, et c’est si facile…

Alors Rocio a demandé à un photographe professionnel sympathisant de la Fondation de venir les prendre en photo pour qu’ils soient beaux, pour qu’ils soient enfin mis en lumière, comme des stars…

Et regardez-moi ces regards de désespoir !!

Ça a marché puisqu’une association italienne et une association américaine en ont déjà sorti quelques-uns.

Je les en remercie.

Ceux que je vous présente aujourd’hui sont du cru 2014, ils sont au nombre de 14 justement et seront bientôt tous proposés à l’adoption sur notre site dans la nouvelle rubrique « les galgos qui n’ont plus d’espoir ».

http://www.levriers-sans-frontieres.com/pages/chiens-en-espagne/les-galgos-qui-n-ont-plus-d-espoir.html

Ils restent également disponibles sur le fichier de la FBM afin de ne pas les pénaliser au cas où d’autres associations auraient des opportunités pour certains d’entre eux.

Certains remonteront lors de notre transport de la rentrée prévu le 17 septembre, et j’espère que bon nombre d’entre eux seront adoptés.

ATTENTION : le but n’est pas de vous faire craquer, une adoption doit être réfléchie, inutile de vous précipiter sur vos claviers et de remplir le formulaire si vous savez pertinemment que vous n’y donnerez pas suite.

Merci de diffuser un maximum cet article pour les taulards de la Fondation Benjamin Mehnert qui sont au nombre de 14 arrivés en 2014 et qui doivent impérativement retrouver la liberté avant la fin de l’année.

http://www.levriers-sans-frontieres.com/

Merci de m’avoir lue jusqu’au bout, j’ai été longue aujourd’hui…

Formulaire de demande d’adoption en ligne.

http://www.jotform.co/form/33494167753867

Contact Odile 0325375828 / 0660153758

Partager cet article

Repost 0
Publié par Odile Brochot
commenter cet article

commentaires

marion 23/07/2016 13:50

Poignant temoignage , cruelle vérité que ce terrible constat en direct sur place... ces centaines oubliés sortis de l'enfer pour en vivre un autre, plus de blessures au corps certes mais autant au coeur et à l'âme ! Ils sont en prison sans espoir depuis tellement d'années! Alors, pourquoi tant d'exigences pour une adoption ? De bons salaires, du temps de libre, une maison avec un grand terrain, une clôture de plus de deux mètres... autant d'obstacles qui diminuent grandement leurs chances d'avoir un jour une famille.... de refus en refus, d'exigences en exigences, ces pauvres oubliés restent dans leur enfer...si on leur posait la question, que choisiraient ils ?

papynene 16/06/2016 02:34

hé oui quand je lis ça je pleurniche même si c'est si facile ,cela me fait mal ,et oui la mienne et timide ,stressée pour un rien et alors et oui quelque fois elle pince un peu sans vraiment vouloir faire mal ,mais quand on aime on s'en fou et on ne va pas la bazardée pour ça !!!! il lui faut du temps a ma chérie et ça va de mieux en mieux ,avec de la patience et de l'amour on peut tout faire

pascalou62 06/06/2016 07:05

Ils sont magnifiques.... pourquoi personne ne s'intéresse à eux ?
J’ai une question qui me taraude : peut on adopter ou accueillir un galgo lorsqu'on travaille toute la journée si 2 congénères sont avec lui, un grand jardin pour l'accueillir et tout le confort nécessaire ? Mme Brochet peut elle me renseigner ou faire un petit article sur le sujet ? Merci pour vos retours d'expérience car je n'ai jamais eu de galgo à mes cotés mais J’adore les chiens
Bonne journée à tous

Monique95 04/06/2016 23:02

Oui on vous suit .on les voit .on imagine .pourquoi vous dites des taulards ..ils sont sauves ccest sûr. C est deja bien .pourquoi vous pensez que les gens n aiment pas les chiens noirs .justement moi je les trouve tres beaux et d une elegance leur robe brille ..leurs yeux ressortent encore plus .. j aime plus les noirs. Comme les blancs ou beige .de toute facon ils sont tous beaux pour moi ...moi ce qui me touche en.premierbccest leur regard et leur long museau ...c est bien de les mettre en avant .ils le meritent comme tous ...merci.pour votre devouement he vous suis depuis longtemps ....

Val LSF 04/06/2016 18:14

La mission et le combat de LSF restent avant tout et en priorité le sauvetage de ceux qui ont le plus souffert, et c'est ceux-là qui ont le plus à donner. Je suis sûre qu'avec vous tous nous relèverons ce beau défi et que chacun de ces magnifiques galgos trouvera une famille qui lui fera oublier toute cette vie sordide et sans espoir.

brigitte 04/06/2016 17:52

Je confirme que les chiens noirs sont magnifiques (j ai une galga noire )c'est un amour je l'adore autant que mon autre princesse (bringée)merci de me les avoir proposées .et sans hesitation je recommencerais pourtant avec la noire c'était pas gagné trauma leishmaniose ......mais elles sont tellement gentilles avec tout le monde j'arrete car j'en parlerais pendant des heures MERCI ODILE et continue

Monica 04/06/2016 12:49

J'oubliais : les photos sont MAGNIFIQUES !!! superbe idée de faire venir un photographe !!! C'est fou quand même comme l'image est importante pr les humains que nous sommes.. Je peux vous dire qu'au début je ne trouvais pas spécialement beau le galgo... Pas vraiment mon style de chien... Et encore moins ma Telma (une noire avec quelques marques)... Mais plus je la regardais plus je la trouvais belle... Son élégance, sa façon de se déplacer un peu comme un cheval, son regard, sa façon de nous observer. Aujourd'hui je la trouve magnifique! L'amour est passé par la

Monica 04/06/2016 12:41

Bien joué Odile ... Votre article est très beau, à la hauteur de la souffrance que vs ressentez - nous ressentons (même si plus facile pr nous car ne les avons pas vu) de les savoir la-bas. Comme vs dites ils sont nourris logés bien traités mais le chien est un animal sociable qui a besoin de bien plus pr être bien dans ses pattes ... Alors oui sortons les de la ! Vivement septembre !

Stéphanie Ciavaldini 04/06/2016 12:30

Je peux témoigner, que j'ai ADOPTE UN GALGO NOIR et que je NE LE REGRETTE PAS, il est ADORABLE en tout et pour tout, ne regardez pas à la robe, mais au coeur, tous les jours je mesure la chance que j'ai d'avoir ce BEAU MALE NOIR rempli de QUALITES.
Merci Mme Brochot de m'avoir fait rencontrer Zen, il est si important dans notre vie, c'est grâce à vous tout çà!!

Mire 04/06/2016 12:04

Merci surtout de préciser qu'il est inutile de "sauter" sur son clavier comme pour répondre à un élan immédiat du coeur parce que ces regard nous entraînent à cette pulsion de les "sauver" immédiatement.... C'est toujours mon premier ressenti devant de tels regards, mais ma responsabilité et mon bon sens me ramènent à la réalité : ce n'est pas de cette manière qu'il faut réagir.... Adopter un chien c'est lui consacrer du temps, beaucoup de temps, beaucoup d'amour et d'attention.... Ma vieille whippet a la chance de bénéficier de tout ça mais il me faut composer avec le travail (et les horaires parfois variables, la gestion du quotidien, les imprévus....J'aimerais tant pouvoir accueillir un galgo mais lorsque je me pose pour réfléchir, sans répondre à cette pulsion qui me ferait moi aussi "sauter sur mon clavier", je me dis que ce n'est pas raisonnable parce que ce n'est pas le bon moment : mon quotidien ne me permettrait pas actuellement d'accorder tout le temps nécessaire à un second chien, qui plus est un galgo qui aurait besoin justement de beaucoup d'attention.... J'espère que cette petite réflexion personnelle servira aux candidats "impulsifs".... Posez vous, réfléchissez, étudier le pour, le contre, le temps que vous pourrez consacrer aux sorties, aux jeux, à l'éducation, aux frais vétérinaires, aux solutions de garde, aux relais... Un chien n'est pas un objet.... Il y a un coeur et des émotions....

Agathe et Virginie 04/06/2016 11:37

A vous tous adorables noirauds et noiraudes, taulards et taulardes, au delà de votre corps d'athlète blessé, fracturé à jamais avec parfois des séquelles à vie, habite une âme belle et profonde qui a tant à nous apprendre, nous, qui sommes parfois trop attachés à votre beauté physique. Quand je te vois sur la photo ma petite Ilargi ( Lili maintenant) encore dans ton box il y a quelques semaines, traînant ta patte morte....aujourd'hui, tu n'en as plus que trois mais quel bonheur de te voir reprendre goût à la vie et de rester toujours belle douce et courageuse. En t'adoptant, c'est toi ma Lili qui nous a fait le plus beau cadeau et j'espère de tout coeur que tous tes autres amis encore taulards malgré leur couleur ou leur handicap trouveront une FAMILLE QUI LES MERITENT.

giunta patricia 04/06/2016 10:51

odile toujours aussi formidable si tout les gens etaient aussi bons que toi on pleurerait moins devant tes ecrits courage bisous

Sophie Landowski 04/06/2016 10:36

Mais ils sont magnifiques, les noirs !

Pat 36 04/06/2016 10:27

Merci odile pour cet article poignant. Que notre rêve devienne réalité et que tous ces innocents condamnés trouvent enfin une famille pour les accueillir.
C'est l'essence de notre combat,venir en aide aux plus démunis ,à ceux que tout le monde oublie. Je suis tellement fière aujourd'hui d'appartenir à cette merveilleuse association !

lolo77 04/06/2016 10:15

Oh là là Odile, dure réalité, que dire de plus, tu as tout résumé, les invisibles sont condamnés une deuxième fois, et pourquoi comme tu le dis, toujours les critères du loulou parfait, pourtant quand vous croisez ces regards remplis de souffrance, de détresse, ces sos, on ne peut rester insensible, les souffrances de l'âme sont les plus longues à guérir, je peux vous le confirmer pour l'avoir vécu avec mon loulou super traumatisé. Donnons leur une chance et vous en serez plus que récompensé. Ils ont droit eux aussi au bonheur, quel crime peut-on leur reprocher ????

Présentation

  • : Galgos martyrs/ Lévriers sans frontières
  • Galgos martyrs/ Lévriers sans frontières
  • : Ce blog est dédié aux 50000 Lévriers Galgos massacrés chaque année en Espagne en toute impunité.
  • Contact

Mon Profil

  • Odile Brochot
  • sauvetage des Lévriers Galgos martyrs en Espagne.
Aide aux refuges en France.
Protection animale depuis toujours.
  • sauvetage des Lévriers Galgos martyrs en Espagne. Aide aux refuges en France. Protection animale depuis toujours.

Le site LSF

 

 

 

 Retrouvez aussi nos chiens sur

 

 

 

 

 

 

Nos formulaires pour

http://i55.servimg.com/u/f55/11/28/07/12/adoptb10.jpg

 

Pour être

http://i55.servimg.com/u/f55/11/28/07/12/fablog10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Pages

Catégories