Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 06:06

Je continue sur ma lancée, hier Perseo et Moreno, aujourd’hui Coral et Salsa

Elles sont toutes les deux de la même cuvée si je puis dire, celle de janvier 2014.

Je vais commencer par Coral.

Pour elle j’ai longuement hésité parce qu’elle est vraiment bien « frappée ».

Eh oui, c’est une bonne cuvée, un an d’âge, et si elle reste ici elle n’est pas prête de se bonifier, c’est pas comme le bon vin.

Qui va bien vouloir adopter une galga comme ça ?

C’est la question que l’on ne doit jamais se poser lorsque l’on décide de donner sa chance à un galgo traumatisé.

Alors je ne me suis pas emballée et j’ai réfléchi, mais chaque matin c’était comme un couteau qui se retournait dans la plaie, j’allais la voir dans le hangar, c’était plus fort que moi.

Allée C, box 3,

Je n’avais même plus besoin de regarder le plan, je la trouvais les doigts dans le nez.

C’était comme si j’avais besoin de me faire du mal, encore et encore, comme si le fait d’aller la voir allait me faire changer d’avis.

Lorsque je la regardais trembler dans son panier, le regard vidé de tout espoir avec la peur au ventre rien que de me voir, je me disais que c’était de la folie de la réserver mais qu’il le fallait coûte que coûte, que je ne pouvais plus faire machine arrière, et pourtant je n’avais encore rien promis et j’étais libre comme l’air.

Le dernier jour j’ai enfin réalisé qu’il me serait impossible de la trahir, je le savais depuis le début à vrai dire, mais j’avais besoin de me convaincre que je ne pouvais pas faire autrement et que si je repartais sans elle sur ma liste, jamais je ne me le pardonnerai.

Alors j’ai appelé Steph qui attendait désespérément que je me décide.

« C’est bon, Steph, je ne peux pas la laisser, regarde, elle s’est fait bouffer par les autres chiens, ils vont finir par la tuer si nous ne la sortons pas de là. »

En fait ce n’était qu’un prétexte puisque cela fait un an qu’elle est là et qu’elle est encore vivante.

Vivante ?

Je ne sais pas si l’on peut dire qu’elle est vivante, elle survit juste dans ce milieu hostile, c’est juste ça : de la survie.

Alors elle s’est précipitée, Steph comme si elle avait peur que je ne change d’avis.

C’est bien mal me connaître, Steph, je ne change jamais d’avis…

Pauvre chienne terrorisée au bout de la laisse, qui marchait ventre à terre et qui glissait sur le carrelage encore mouillé.

Il ne faut pas mollir quand c’est comme ça, il faut marcher droit devant comme de rien n’était en oubliant les autres chiens qui se jettent sur les grilles en hurlant.

Ils deviennent fous quand on en sort un, ils hurlent comme des bêtes féroces, se jettent sur les grilles de leurs box et parfois on en entend un qui hurle plus fort et plus haut dans les gammes alors que les autres se taisent. C’est un cri pas ordinaire, un cri qui n’en finit pas, et on se dit que ça y est, qu’il va mourir sous les crocs d’un de ses congénères.

On serre les fesses, on cesse de respirer, et tout s’arrête, tout se fige

Et puis c’est le silence, on n’entend plus rien, enfin……

Ouf, cette fois encore on a échappé au pire, c’est ce qu’on se dit chaque fois.

Ça y est, on est arrivé au bout du couloir.

Alors on a fait les photos à la va-vite, on s’en foutait qu’elles soient belles ou pas.

Pour elle, là n’est pas le but, elle est quasiment inadoptable en l’état, comme une vieille bagnole il nous faudra la retaper, recoller les morceaux de son cerveau tout cassé.

Qui voudra s’emmerder avec une galga comme ça ?

Il lui faudra se reconstruire, il nous faudra la remettre en état, il lui faudra du temps, il nous faudra de la patience.

Et puis, vous savez quoi, vogue la galère, chaque fois je me dis ça : « Si on ne la fait pas adopter je la garderai. »

Allez, on la remet dans sa boite et moi, je suis soulagée, j’ai l’impression d’avoir fait une bonne action.

On passe à une autre, le même scénario catastrophe.

Salsa Allée B box 13

J’y vais, à mon tour de me lancer à l’assaut des allées.

Ça y est, ils se mettent tous à hurler, et moi, j’avance, j’avance droite comme un I en évitant de les regarder.

Enfin j’y suis, Allée B box 13.

Elle est là, fermée comme une huître la tête entre ses deux pattes et le dos vouté comme pour me supplier de ne pas la toucher.

Je la caresse tout doucement pour lui faire comprendre que non, je ne suis pas là pour lui faire du mal, mais elle ne comprend pas et se met en boule comme pour échapper à ce qui va lui arriver.

J’y vais franco, sans ménagement, et je la hisse hors de son box et je marche et je marche dans les allées sous les aboiements des autres chiens.

Et me voici dehors, ouf, j’y suis arrivée, Steph m’attend avec son appareil photo.

Je lui avais dit surtout de prendre des photos, il faudra que je fasse un article sur le blog pour les présenter tous ceux-là, il faudra que je plaide leur cause si on veut les faire adopter, ces galgos particuliers.

Il nous faudra « tapiner » encore et encore…, et c’est pas gagné !!

SALSA , la voilà ,elle n’a rien d’un démon, pauvre amour terrorisé, pauvre ange brisé par la main d’un homme qui l’a tellement maltraitée que jamais elle ne sera plus comme avant.

Avant quoi ? A-t-elle eu un avant ?

Non, je ne pense pas, ce que je sais, en revanche, c’est qu’elle aura un après grâce à Lévriers sans Frontières, un peu grâce à moi et beaucoup grâce à vous.

Allez, Salsa, on va s’aimer toutes les deux et tu verras on va la danser la Salsa.

N’aie pas peur, mon ange, là où je vais t’emmener rien ne pourra plus t’arriver.

J’aurai la patience de t’attendre, j’aurai la décence de ne jamais regretter de t’avoir réservée, j’aurai de l’amour à te donner et une place dans ma maison déjà bien remplie, mais tant pis je ne peux pas te laisser là, je ne peux pas t’abandonner à ton triste sort.

Voilà c’était le tome 2 de ceux qui n’ont pas eu la chance d’être réservés dès leur arrivée au refuge, le tome 2 de ceux qui n’auront pas non plus la chance d’être adoptés tout de suite non plus.

Ainsi va la vie…

Pour eux il n’y aura pas de coup de cœur, il n’y aura pas de coup d’amour mais juste un coup de chance peut-être…

Allez, on croise les doigts et on y croit.

Pour ces deux-là, nous n’avons pas fait les tests chats et je suppose que vous comprendrez pourquoi.

Mais bon, croyez- moi, elles y sont ok chats, comment ne pourrait-elle pas l’être ?

Elles sont toutes jeunes et déjà tellement brisées, Coral est née en 2013 et Salsa en 2012.

Coral et Salsa, deux drôles de prénoms qui chantent et qui dansent comme si c’était la fête.

Deux prénoms qui n’ont rien à voir avec ce qu’elles sont, car il n’y a plus rien qui pétille dans leur regard, plus rien du tout, que de la peur et de la terreur.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Odile Brochot
commenter cet article

commentaires

Boudzan 08/01/2016 18:11

Moi aussi, je pleure en lisant votre article sur Coral et Salsa. Vous avez bien fait de leur donner une chance et je vous en remercie pour elles. J'aurais fait la même chose. Tout le monde n'est pas intéressé par adopter "un beau galgo ou un joli chiot original", et je suis persuadée qu'il y aura quelqu'un "de coeur" qui prendra sous son aile ces deux BELLES galgas. J'aurais été la première à vous en faire la demande, mais j'ai déjà demandé à prendre Thelma sous mon aile et j'espère que nous pourrons bientôt l'accueillir chez nous. Je sais qu'elles reprendront confiance en l'être humain, ainsi qu'Orson, mon premier Galgo de 6 ans, l'a fait tout doucement. Il avait pourtant été salement maltraité. Encore un grand merci à vous.

elisabeth 27/12/2015 19:19

J'ai les larmes aux yeux en lisant ce qui est écrit sur ces deux pauvres chiennes et je leur souhaite plein de chance et de bonheur à venir. Si j'avais encore une place, j'aimerais adopter un de ces chiens traumatisés car je suis persuadée que ça doit déboucher sur une belle histoire d'amour intense mais d'un autre côté, je ne sais pas si je serai capable d'apprivoiser un animal qui a souffert au point de n'avoir plus aucune confiance en l'être humain. Je n'ai aucune expérience dans ce domaine et j'aurais très peur de m'y prendre mal et de faire des erreurs. L'amour ne suffit pas toujours certainement...
Merci en tout cas à vous, Mme Brochot ,de leur offrir une chance.

Humez 27/12/2015 18:45

J'ai eu une chienne que nous avons trouvé sur la route il y a déjà longtemps, ce n'était pas une galga mais une chienne avec pas de race précise. Elle sautait tous les portails des jardins avoisinants. Les gens sont venus me chercher car ils savent que j'adore les animaux. Elle était partie au fond d'un jardin dont les propriétaires étaient partis en vacances. Je l'ai appelée doucement et elle est venue vers moi en rampant par terre. J'ai compris qu'elle avait dû subir des tortures. Mon mari a été chercher une grande corde à la maison et on a sauté le portail heureusement pas très haut pour la faire sortir et l'emmener à la maison. Ils nous a fallu beaucoup de patience. Elle avait peur des hommes et se cachait dès que mon mari parlait un peu fort. Quand elle était couchée sur le canapé elle rentrait ses pattes sous elle..... le mariole ( c'est ainsi que j'ai appelé son précédent maître) avait dû la taper régulièrement sur les pattes avant. Mon mari a mis près de 3 années avant de pouvoir la caresser, moi elle m'adorait il ne fallait pas que je disparaisse de sa vue. On l'a gardé 14 ans . C'était une vraie crème. Alors je voudrais dire qu'avec beaucoup d'amour et de la patience on arrive à tout. Seulement il ne faut jamais brusquer les choses et être vigilants. Au moindre bruit un peu fort elle fuyait. Elle ne nous a jamais déçus ni fait aucune bêtise. On a jamais regretté de l'avoir gardé. Cela a été 14 ans d'amour réciproque
depuis 4 ans nous avons une galga adoptée à LSF et nous ne regrettons rien non plus. Elle est parfois intrépide et un peu capricieuse ( mais ça c'est de notre faute nous la gâtons trop !!) mais c'est un vrai bonheur de l'avoir. Nous avons aussi une petite chienne qui n'est pas un lévrier, mais que nous avons aussi adoptée en Espagne. Les 2 s'entendent comme larrons en foire...... voila tout ça pour dire qu'avec du temps et de l'amour on fait des merveilles. J'espère ne pas avoir été trop longue mais je voulais faire partager mon expérience.......

lolo77 27/12/2015 13:25

Les blessures de l'âme sont les plus longues à guérir, elles ont été brisées mentalement, grâce à toi Odile et à ta ténacité, elles ont une super chance de progresser, du temps, de l'amour et de la confiance, tout ne se fera pas en un jour. Ces loulous qui ont vécu un tel enfer, ça se mérite.

scecilia 27/12/2015 11:54

Se sont des chiens qui en va les vraiment le coup mais il faut vraiment avoir le sans de l observation et le ou la laisser venir quand elle en aura envie c est comme cela que j ai fait avec les miens en seulement une année et xane l'a bergerie allemande croisée matin en seulement trois mois elles avait vraiment peur de l humain maintenant se sont de vrai diable elles saute partout je suis heureuse de les voirs comme ce le aujourd'hui merci pour elles

brigitte 27/12/2015 11:00

moi aussi j'ai pris une trauma++ depuis un an déjà et si vous saviez le bonheur qu'elle nous apporte tous les jours un progrès (une petite léchouille discrète sur la main,sa tète sur ma cuisse etc... )que des moments privilégiés et pourtant c'était pas gagné .et puis mon autre chienne (galga adoptée aussi)lui fait son éducation .et mon chat sa toilette des oreilles.Alors n'hésitez pas vous remercierez ODILE du bonheur que vous aurez grace à elle

Brigitte 27/12/2015 10:35

Bonjour. Non Monica pas de comportementaliste et oui il faut des copains et des copines c est plus facile pour le galgo car c est un chien de meute. Ça le rassure énormément. Quand il panique il suit les copains. Tu sais Odile que je me suisproposée comme famille d accueil et avec la mort de mon Pierrot ça c est retrouvé repoussé. Je me propose donc pour CIRAL parce qu en plus elle est noire donc si elle n est jamais adoptée je la garderais la chérie. l avantage d avoir le coeur brisé c est qu il y en a un petit morceau pour tout le monde. Pour l instant je suis en Afrique avec mes loulous jusqu au 15 janvier. Tu me diras ce que tu en penses. Gros bisous à tous. Brigitte

Luc 27/12/2015 10:11

Polly, voila le nom de notre galga adoptée voici maintenant 6 ans. Et voici seulement un an que, le matin, j'arrive à lui dire bonjour par une caresse sur la tête!
6 ans pour qu'un homme puisse l'approcher en toute occasion. Par contre, en cas de "risque", même très faible, elle est derrière moi : je suis son protecteur.
Ayez donc espoir ... On arrive à leur montrer qu'il n'y a pas de danger.
Et là, vous verrez la fête qu'elle fait quand vous apparaissez!

catherine 27/12/2015 11:07

Galgos ou autres races, ils continuent de progresser toute leur vie, c'est ce que j'ai connu avec un york battu et que je ne pouvais toucher ... je l'ai gardé 12 ans et les 2 dernières années il recherchait toujours le contact, la main ne lui faisait plus peur, il est parti cet été à 16 ans , il me reste mon "peureux" de la Réunion qui est une vraie crème et je suis toujours là pour protéger, rassurer. Etant en appart sur Paris et travaillant, J'attendrai pour adopter un galgo !

le clech 27/12/2015 10:06

bonjour odile .je pense qu on peut avoir un coup de cœur pour un trauma .du temps de martine j ai adopte ELLA trauma +++ oh je ne dis pas que ça a été facile impossible de la regarder pipi dans la maison toulours tremblante allez une annee ainsi et aujourd hui elle a environ 12 ans et crois moi c est nous qui sommes trauma elle est une vraie coquine mais comme elle nous aime et nous aussi en retour et je n ai aucun regret sur cette adoption

Monica 27/12/2015 09:55

Quand on voit ces pauvres loulous on ne peut pas s'empêcher de penser à ce qu'on leur a fait... Quand on prend un trauma ok amour, patience, respect, observation... Est ce qu'un comportementaliste pourrait aider ? N'en suis pas convaincue mais peut être qu'il existe un professionnel qui a l'expérience de ces chiens cabossé par la main de l'homme pour ne pas dire brisé... 2ème question : est ce qu'il faut d'autres congénères pr les rassurer ou au contraire? Après je sais qu'il n'y a pas de généralités et que c'est souvent au cas par cas et que c'est en les observant que l'on arrive plus ou moins à comprendre ce dont ils ont besoin ..

Dominique 27/12/2015 09:32

G déjà adopté 3 galgos depuis 2002...ma première galga Fili m'a beaucoup appris, beaucoup remise en question pour trouver le chemin de sa confiance..Nous y sommes arrivées et nous avons vécu des années de bonheur.La 2e est hélas venue pour mourir chez moi ..elle etait tellement douce; elle appréciait toutes les petites joies: les calins interminables mais aussi la propreté et la douceur des couvertures que j'installais sous elle tout doucement. Je crois qu'elle etait accro à l'odeur du propre! Je l'appellais ma Lady anglaise. Aujourd'hui depuis 18 mois Happy (ex Careto) est là...oh bien sur il parait heureux, il est joyeux,sa belle robe noire est toute lustrée, il copine avec mes greys, mes chats, tous les humains...il copine..parce que 'in ne sait pas faire autrement..parce que dans sa tete il y a quelque chose de cassé...parce que 18 mois après, Happy a toujours peur de faire quelque chose de mal..parce qu'il s'excuse d'etre là...parce qu'il n'ose pas s'affirmer, il se soumet et ça me tire des larmes! J'attends qu'il soit vraiment bien dans ses coussinets pour adopter un ou une galgo comme Salsa. Ils le méritent tellement!

Joëlle 27/12/2015 09:19

Sont-elles plus traumas que Magigi ? Je peux témoigner que Magigi progresse encore !
Que du bonheur, un trauma !

catherine 27/12/2015 08:30

De la patience, de la douceur, un grand jardin bien clos, beaucoup de temps, un canapé douillet, ... et des gourmandises , des saucisses ou autres selon leurs goûts, elles finiront par prendre confiance au fil des mois et des années. Alors quel bonheur pour ces galgas et ses adoptants . Si vous avez tout cela à leur offrir, je crois que cous aurez la chance qu'' Odile vous les confie !

Elisa80 27/12/2015 08:49

Oui Catherine, c'est tout a fait ça. Il faut être patient et savoir les attendre. Et jours après jours, mois après mois, chaque progrès est un bonheur.

Présentation

  • : Galgos martyrs/ Lévriers sans frontières
  • Galgos martyrs/ Lévriers sans frontières
  • : Ce blog est dédié aux 50000 Lévriers Galgos massacrés chaque année en Espagne en toute impunité.
  • Contact

Mon Profil

  • Odile Brochot
  • sauvetage des Lévriers Galgos martyrs en Espagne.
Aide aux refuges en France.
Protection animale depuis toujours.
  • sauvetage des Lévriers Galgos martyrs en Espagne. Aide aux refuges en France. Protection animale depuis toujours.

Le site LSF

 

 

 

 Retrouvez aussi nos chiens sur

 

 

 

 

 

 

Nos formulaires pour

http://i55.servimg.com/u/f55/11/28/07/12/adoptb10.jpg

 

Pour être

http://i55.servimg.com/u/f55/11/28/07/12/fablog10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

Pages

Catégories